Les places financières dans la tourmente, si ces derniers supports cèdent, un gouffre béant s’ouvrira...

Publié le

La Bourse de Paris a terminé en recul de 0,20% vendredi, rattrapée par un contexte lourd d’incertitudes malgré une tentative de rebond, échouée. Les principaux indices boursiers mondiaux sur des niveaux de support, en cas de franchissement, la chute pourrait s’accélérer.

La Bourse de Paris finit dans le rouge après un rebond raté (-0,20%)

© Copie écran Google Graphe CAC 40

L’indice CAC 40 a perdu 10,39 points à 5.095,98 points. La veille, il avait déjà fini en net repli de 1,92%. La cote parisienne a cédé 4,91% au cours de la semaineécoulée et 4,08% depuis le début de l’année. Vendredi elle a ouvert en nette hausse avant de voir ses gains se volatiliser à l’approche de la clôture pour finalement retomber dans le rouge.
"La séquence baissière semble être bien installée tant les incertitudes restent nombreuses", a commenté pour l’AFP Daniel Larrouturou, directeur général délégué chez Diamant bleu Gestion. Les investisseurs redoublent de prudence face aux tensions commerciales internationales, aux incertitudes sur les finances italiennes et au resserrement de la politique monétaire américaine.
"On attend des nouvelles meilleures de Bruxelles sur le Brexit" et de savoir "dans quelle mesure l’examen du projet de budget 2019 à la Commission européenne, va déboucher sur un bras de fer entre les autorités européennes et italiennes", souligne l’expert. Lundi, Rome remettra à la Commission européenne son projet de budget 2019 qui préconise un déficit public à 2,4% du PIB l’an prochain. Mercredi, les dirigeants européens se réuniront sur le Brexit.
Les anticipations de ralentissement de la croissance mondiale et le durcissement de la politique monétaire constituent aussi "un ensemble négatif pour le marché", selon M. Larrouturou. "Les investisseurs sont enclins à ajuster leurs portefeuilles avant le week-end" et à "encaisser leurs gains", a constaté pour sa part David Madden, analyste chez CMC Markets.
Du côté des indicateurs européens, le taux d’inflation en Allemagne s’est bien élevé à 2,3% en septembre sur un an, après s’être calé pendant deux mois à 2%, selon les données définitives. Dans le sillage du Nasdaq, les valeurs technologiques se sont sensiblementreprises. Altran a gagné 2,97% à 7,27 euros, Atos 1,63% à 97,22 euros, Soitec 3,57% à 58,10 euros.
Le secteur du luxe a rebondi après avoir souffert lors des dernières séances sur fond de craintes d’un ralentissement des ventes en Chine. Kering a progressé de 1,99% à 379,70 euroset LVMH de 0,21% à 262,50 euros.
Les titres aéronautiques se sont bien portés : Airbus a avancé de 3,01% à 100,26 euros et Air France-KLM de 2,88% à 8,22 euros. Le secteur automobile a aussi repris des couleurs. Valeo a progressé de 3,29% à 32,00 euros, Peugeot de 1,93% à21,15 euros, Renault de 0,67% à 71,12 euros.
Les assurances ont été à la peine : Axa a lâché 0,66% à 22,47 euros et CNP Assurances a cédé 0,86% à 19,62 euros.

Une question, un commentaire?

Réagir à cet article Les places financières (...) : Publiez un commentaire ou posez votre question...

A lire également