CAC40 : le rebond attendu n’est pas venu, les investisseurs déçus, pris au dépourvu

Bourse © stock.adobe.com
La Bourse de Paris a terminé proche de l’équilibre jeudi (-0,03%), ne parvenant pas à rebondir après trois jours dans la tempête causée par les nouvelles restrictions et l’annonce d’un reconfinement en France pour lutter contre la propagation du Covid-19.

Publié le

Publicité

OFFRE BOURSE DEGIRO

Pas de rebond pour la Bourse de Paris

L’indice CAC 40 a perdu 1,45 point à 4.569,67 pointsdans un volume d’échange de 3,8 milliards d’euros. La veille, il avait plongé de 3,37% dans un mouvement global de reflux des Bourses mondiales.
La cote parisienne a passé la première partie de la journée dans le rouge, avant de remonter à partir du début d’après midi, après la diminution plus importante que prévu des inscriptions au chômage aux États-Unis et la conférence de presse de la présidente de la Banque centrale européenne Christine Lagarde. Mais l’indice s’est essoufflé dans la dernière heure.

Les annonces de la BCE après sa réunion monétaireont pourtant été "un non-événement" pour Mikael Jacoby, responsable du courtage Europe continentale à Oddo Securities. L’institution de Francfort a laissé ses taux inchangés et a ouvert la voie à une intervention renforcée en décembre, ce qui était le scénario envisagé par le marché.
Au cours de la conférence de presse, Mme Largarde a insisté sur le fait que la BCE allait recalibrer "tous ses instruments" pour, le cas échéant, faire face à l’évolution de la situation.
Or, face au regain des contaminations partout en Europe, la reprise amorcée à la findu printemps "perd de l’élan" et l’horizon économique se "détériore", a-t-elle estimé en préambule.

Adaptation à la nouvelle donne

Pour faire faceà l’augmentation galopante des nouvelles contaminations de Covid-19, le président français Emmanuel Macron a annoncé un reconfinement à partir de vendredi et jusqu’au 1er décembre, avec la fermeture des commerces jugés non-essentiels, comme les bars et les restaurants.
En Allemagne, la chancelière Angela Merkel a également prononcé la fermeture pour un mois des restaurants et structures de loisir.
"On est dans une phase de marché où on s’adapte à un confinement. Certes, il est moins contraignant que le premier, mais cela reste un confinement et des pans entiers de l’économie vont fermer", analyse M. Jacoby.
La période d’incertitudes n’est pas terminée pour le marché, à moins d’une semaine de l’élection présidentielle américaine.

LES RÉSULTATS RASSURENT

Une fois encore, le haut de l’indice CAC 40 est occupé par les entreprises ayant dévoilé leurs résultats du troisième trimestre. Orange a bondi de 6,10% à 9,60 euros et Worldline de 4,89% à 65,18 euros.
Le SBF 120 était dominé par TF1, qui a grimpéde 8,55% à 5,08 euros après avoir multiplié au troisième trimestre son bénéfice net par 3,5 et a enregistré une hausse de ses recettes publicitaires.

CALUMET DE LA PAIX ENTRE LVMH ET TIFFANY

Le groupe de luxe français et le joaillier américain ont décidé de se marier à nouveau, après des fiançailles rompues en septembre, à un prix toutefois revu en baisse de 131,50 dollars par action contre 135, a annoncé jeudi le géant mondial du luxe.

Une question, un commentaire?

Réagir à cet article CAC40 : le rebond attendu (...) : Publiez un commentaire ou posez votre question...

A lire également