Politique monétaire de la BCE : réunion du 6 juin 2019, les attentes des experts

Publié le

Du côté des experts de Swiss Life Asset Managers, la réunion de la BCE du 6 juin 2019 suscite principalement quatre attentes. En pleine hésitation, les marchés financiers soufflent le chaud et le froid au fil des nouvelles et des prises de paroles.
Propos rédigés par Eric Bourguignon : les attentes des experts du côté de Swiss Life Asset Managers
  1. Prévisions économiques : Nous nous attendons à ce que la Banque centrale européenne adopte un ton très « dovish » et procède à une révision significative des ses prévisions économiques. Les risques d’une amplification et d’une extension de la guerre commerciale sont en effet aujourd’hui tels qu’il lui sera difficile d’échapper à une baisse de ses perspectives de croissance. Le ralentissement de l’inflation constatée comme celui de l’inflation anticipée sont aujourd’hui si prononcés qu’elle devrait logiquement être amenée à amputer significativement ses perspectives d’inflation.
  2. Politique monétaire : La BCE qui a quasiment épuisé toutes ses cartouches résistera probablement aux marchés qui l’enjoignent de renforcer le caractère accommodant de sa politique monétaire. Elle maintiendra donc les taux directeurs à leur niveau actuel et confirmera qu’elle continuera de réinvestir en totalité les titres de son portefeuille obligataire qui arrivent à échéance. Elle devrait en revanche apporter des précisions sur les conditions de ses prochaines opérations de prêts à long terme destinées au système bancaire (TLTRO) attendues pour septembre. Nul doute qu’elle se montrera particulièrement généreuse dans le contexte particulièrement anxiogène dans lequel évoluent l’économie et les marchés actuellement.
  3. Forward Guidance : La BCE prendra acte de la détérioration de l’activité et s’affichera déterminée à atteindre son objectif cible de 2% d’inflation pourtant aujourd’hui hors de portée. Elle pourrait encore repousser dans le temps la date de remontée de ses taux directeurs actuellement prévue début 2020. Elle pourrait également laisser la porte ouverte à une éventuelle reprise de ses achats de titres si la situation économique l’exigeait.
  4. Un crédibilité mise à mal : La BCE est confrontée à une situation particulièrement délicate. Elle a échoué à relancer l’inflation malgré les moyens colossaux qu’elle a déployés. Elle n’a pas su resserrer sa politique monétaire durant les périodes de vaches grasses. Elle est aujourd’hui démunie, contrairement à la Fed, face aux nuages qui s’amoncellent. La crédibilité de l’institution encore dirigée pour quelques mois par MARIO Draghi risque d’être mise à rude épreuve.

Une question, un commentaire?

Réagir à cet article Politique monétaire de la (...) : Publiez un commentaire ou posez votre question...

A lire également