Bourse : la crise russo-ukrainienne en ligne de mire

©stock.adobe.com
Les analystes de Saxo Banque livrent leurs anticipations sur les marchés actions, forex et matières premières pour la semaine.

Publié le

Tendance attendue des marchés Actions

Bourse : la crise russo-ukrainienne en ligne de mire
Bourse : la crise russo-ukrainienne en ligne de mire © stock.adobe.com

Sur les marchés actions, la crise russo-ukrainienne ainsi que de nouveaux résultats d’entreprises jugés décevants ont eu raison des principaux indices mondiaux au cours de la séance de vendredi. En effet, Slaviansk la citadelle pro-russes en Ukraine ne cesse d’être en proie à des troubles séparatistes depuis plusieurs jours. Malgré la libération de l’un des huit observateurs militaires retenus depuis la semaine dernière par les séparatistes pro-russes, l’Europe et les Etats-Unis devraient annoncer dès ce lundi de nouvelles sanctions envers Moscou qui est accusé de ne pas respecter l’accord de Genève. Les investisseurs qui gardent à l’esprit la montée des tensions entre les Occidentaux et la Russie, n’ont malheureusement pas pu compter sur les derniers résultats de fin de semaine où de grands noms du secteur technologique ont à nouveau flanché. Nous retiendrons notamment la chute de 9,9% de Amazon suite à la publication d’un bénéfice en dessous des attentes, ainsi que Twitter qui a également cédé près de 7,1% au cours de la séance de vendredi. Face à cette conjugaison de mauvais facteurs, le Dow Jones a perdu 0,85% à 16 361,46 points. Le S&P500 a terminé sur les 1 863,40 points en baisse de 0,81% et le Nasdaq a cédé 1,75% à 4 075,56 points. Auparavant en Europe, le CAC a chuté de 0,80% sur les 4 443,63 points. Le Dax allemand a reculé de 1,54% à 9 401,55 points et le FTSE de 0,26% à 6 685,69 points.

Les marchés asiatiques n’ont pas échappé à ces effets d’annonce ce lundi. En effet, la séance a une nouvelle fois été plombée par les soubresauts en Ukraine et le repli de Wall Street vendredi dernier. Malgré une augmentation de 11% des ventes au détail en mars au Japon, à leur rythme le plus soutenu depuis 17ans, la plupart des Bourses asiatiques ont perdu du terrain en amont de la prochaine réunion de la Banque du Japon qui aura lieu mercredi. Dans ce contexte, le Nikkei a perdu 0,98% sur les 14 288,23 points. Le Topix, plus large, a cédé 0,79% sur les 1 160,74 points.

Ce lundi nous attendons les principales Bourses européennes en hausse dès l’ouverture. La séance devrait toutefois être calme en amont de la nouvelle réunion de la Réserve fédérale américaine prévue mardi et mercredi où l’institution devrait annoncer un nouveau ralentissement de son programme de rachats d’actifs. Seul indicateur attendu au cours de cette première séance de la semaine, les promesses de ventes de logements seront publiées pour mars aux Etats-Unis.

Des indicateurs attendus avec inquiétude
Des indicateurs attendus avec inquiétude © stock.adobe.com

Forex

Sur le marché des devises, la monnaie unique s’est stabilisée vendredi dernier face au billet vert, dans un marché très prudent par rapport à la situation plus que tendue en Ukraine. Le conflit ukrainien a ainsi relégué au second plan la situation macro-économique aux Etats-Unis, au beau fixe depuis quelques semaines, à l’instar de la hausse plus forte qu’attendu du moral des ménages américains pour le mois d’Avril. En outre, les pays occidentaux ont franchi une étape en fin de semaine dernière, ayant laissé sous-entendre la mise en place prochaine de nouvelles sanctions contre la Russie de Vladimir Poutine, qui soutien actuellement les séparatistes pro-russes à l’Est de l’Ukraine, et plus particulièrement à Slaviansk. Ainsi, sur la séance de vendredi, la parité EURUSD a connu une évolution quasiment flat, ayant tout de même progressé de 0,01%, à 1,3831 dollar. La hausse aurait pu être beaucoup plus marquée mais a été freinée notamment par les propos de la BCE, ayant averti qu’elle pourrait agir prochainement afin d’empêcher la devise européenne de trop se renforcer et ainsi d’aggraver la faiblesse de l’inflation.

Conséquence directe de la situation en Ukraine, cela a profité indirectement à deux devises majeures que sont le Yen et le Franc suisse, jugées par la plupart des cambistes comme valeurs refuges. Ainsi, la paire USDJPY lâchait 0,19% vendredi, se traitant aux encablures des 102,12 yens à la clôture. Même tendance au niveau de l’EURJPY, la paire ayant abandonné 0,18%, à 141,24 yens. Au niveau de la devise helvétique, cette dernière a terminé la semaine sur une note positive, ayant ainsi confirmé sa tendance haussière hebdomadaire, en raison notamment de la situation géopolitique en Ukraine, comme mentionné plus haut. Ainsi, sur la séance de vendredi, la parité USDCHF lâchait un petit 0,02%, à 0,8813 franc suisse à la clôture.

Matières premières

Au chapitre des matières premières, le WTI et le Brent évoluent dans le vert ce matin. Le Brent grappille 0,18% à 109,76$, tout comme le WTI qui progresse de 0,44% à 101,04$. Le Brut de référence européen rebondit après sa plus grosse perte en près de trois semaines alors que la crise en Ukraine s’aggrave. Les Etats-Unis ont annoncé vouloir prendre de nouvelles sanctions à l’encontre du plus gros pays exportateur d’énergie au monde, à savoir la Russie. Ces nouvelles sanctions devraient être annoncées aujourd’hui et viseront des entreprises russes et des personnes proches du président Vladimir Poutine.

Du côté des métaux précieux, c’est une nouvelle journée qui commence dans le rouge. L’or est en léger recul de 0,07% à 1 302,35$, tout comme l’argent qui abandonne 0,40% à 19,66$. Le métal jaune profite de la crise en Ukraine pour se maintenir au-dessus de la barre des 1 300$. L’or a grimpé à son plus haut niveau en plus d’une semaine et se dirige vers un gain mensuel. Le métal jaune profite de l’aggravation de la crise en Ukraine, ce qui encourage les investisseurs à se tourner vers cette valeur refuge. L’or rebondit de 8,7% cette année. L’argent se dirige vers une deuxième perte mensuelle. Le platine gagne 0,33% à 1 427,38$ tandis que le palladium évolue proche de la neutralité en cédant 0,03% à 810,24$. Suite à l’échec des négociations entre syndicats et entreprises en Afrique du Sud, ces dernières tentent de mettre un terme à trois mois de grève en envoyant des messages aux travailleurs. Le palladium s’approche d’une troisième hausse mensuelle, soit la plus longue série depuis janvier 2013 alors que l’escalade des tensions inquiète les investisseurs sur l’approvisionnement d’un des plus gros producteurs mondiaux avec l’Afrique du Sud.

Une question, un commentaire?

Réagir à cet article Bourse : la crise russo-ukrain : Publiez un commentaire ou posez votre question...

A lire également