Plan de 50 milliards d’économie : un désastre social et économique pour Dupont-Aignan

©stock.adobe.com
Nicolas Dupont-Aignan, président de Debout la République, a dénoncé dimanche sur France 3 « la violence inouïe » du plan d’économies de 50 milliards d’euros du gouvernement, qui va aboutir selon lui à « un désastre social et économique ».

Publié le

Notifications FranceTransactions.com
Pour ne rien rater de l'actualité des placements épargne, inscrivez-vous à nos notifications.

« Pour la première fois, les pensions des retraités vont diminuer puisqu’on les gèle sur un an et demi et qu’il y a de l’inflation. Donc c’est d’une violence inouïe, ce plan », a-t-il déclaré lors de l’émission « 12/13 Dimanche ».

Nicolas Dupont-Aignan, président de Debout la République
Nicolas Dupont-Aignan, président de Debout la République © stock.adobe.com

« A quoi ça sert de faire des efforts qui vont aboutir à casser la croissance. C’est comme un régime, si on fait un régime trop brutal, mal fait, eh bien c’est un échec. Ca va aboutir à un désastre social et économique », redoute l’ancien candidat à la présidentielle de 2012.

« Ce sont des mesures stupides. 50 milliards d’économies en trois ans, si parallèlement il n’y a pas de mesure pour faciliter la vie des PME, pour protéger notre pays de la concurrence déloyale, pour faire baisser la valeur de l’euro », ça va « étrangler les Français, faire baisser le pouvoir d’achat et il n’y aura pas à la fin un emploi de plus », a ajouté le député-maire de Yerres (Essonne).

A ses yeux, « le plan d’économies du gouvernement a été dicté par Mme (Angela) Merkel », la chancelière allemande, et Manuel « Barroso », président de la Commission européenne. « Il est contraire à l’intérêt national et il va aboutir au résultat qu’il y a eu en Grèce, c’est-à-dire un appauvrissement massif du peuple français et un chômage massif ».

«  Je le combattrai de toutes mes forces », a prévenu M. Dupont-Aignan, qui a par ailleurs jugé « débile » le pari de François Hollande de faire baisser le chômage d’ici 2017, faute de quoi il ne serait pas candidat à un second mandat présidentiel.

Une question, un commentaire?

Réagir à cet article Plan de 50 milliards d'éc : Publiez un commentaire ou posez votre question...

A lire également