Subventions sénatoriales : 4% des sénateurs s’arrogent 30% de la réserve parlementaire du Sénat

©stock.adobe.com
Publié par Bercy, l’usage de la réserve des sénateurs, dotée de 53,9 millions d’euros en 2013, révèle une très forte disparité entre les 348 sénateurs. Certains sont très généreux, d’autres, de fait beaucoup moins... Cette redistribution de réserve parlementaire est-elle vraiment démocratique ?

Publié le

Le Parisien relève ce jour les disparités publiées dans l’analyse des données de la réserve parlementaire des sénateurs, publiée ce week-end par Bercy, à une semaine des élections sénatoriales.

Comme la loi relative à la transparence de la vie publique l’y oblige, le Parlement est désormais contraint de dévoiler l’utilisation de cet argent public, qui peut servir à subventionner soit des associations, soit des projets locaux (rénovation d’école, aménagement urbain, etc.). Pour les députés, le détail avait été révélé en janvier.

4% des Sénateurs redistribuent 30% du budget alloué

Quinze sénateurs (sur 348) s’arrogent 30 % de la cagnotte du Sénat, qui s’élevait à 53,9 M€ en 2013.

Top 10 des Sénateurs les plus généreux
Top 10 des Sénateurs les plus généreux © stock.adobe.com

« C’est une bonne chose, cette transparence », affirme Philippe Marini, sénateur de l’Oise et président UMP de la commission des Finances, qui arrive en deuxième position des élus les mieux dotés.

Comment fonctionne le système ?

Chaque groupe politique reçoit entre 130 000 € et 150 000 € par sénateur. A charge ensuite au groupe de répartir la manne entre ses membres. Et c’est là qu’apparaissent d’étonnantes disparités. Alors que 7 élus disposent chacun de plus d’1 M€ à distribuer, ils sont, d’après les calculs du Parisien, 214 à devoir se contenter de 100 000 € ou moins.

Deux profils de « sénateurs donateurs » apparaissent : ceux qui financent des projets sur toute la France, et les autres qui se concentrent sur leur fief. Ainsi, le sénateur PS François Marc (Finistère) arrive en tête des élus les mieux dotés. Mais il joue un rôle de coordonnateur et porte sur son nom des subventions accordées par d’autres élus socialistes. Des projets qui concernent le Lot, la Corrèze, etc. Ou encore la Fondation Jean Jaurès, un centre d’études de gauche, que François Marc a doté l’an dernier de 90 000 €.

Une question, un commentaire?

Réagir à cet article Subventions sénatoriales (...) : Publiez un commentaire ou posez votre question...

A lire également