Budget : accrochage entre députés LREM autour du pouvoir d’achat

Publié le

Les débats sur le projet de budget 2019 ont été émaillés vendredi d’un moment de tension entre la marcheuse Amélie de Montchalin et deux LREM qui plaidaient pour augmenter l’impôt sur la fortune immobilière (IFI) afin de faire un geste envers les retraités.

Budget : accrochage entre députés LREM autour du pouvoir d’achat

Yolaine de Courson a défendu en vain un amendement visant à relever l’IFI, pour "compenser" la hausse de CSG pour une partie des retraités. Saluant la "bonne nouvelle" des recettes plus élevées qu’attendu de cet impôt, elle a dit espérer que les retraités modestes qui ont subi la hausse de la CSG puissent "bénéficier de cette embellie".

Soulignant notamment le haut niveau de l’inflation et la hausse du prix de l’énergie, elle a estimé que "les moyens" étaient disponibles pour un "coup de pouce" pour les retraités les plus fragiles.

"On a entendu sur tous nos territoires desgens qui nous disent qu’on est allés les chercher" avec la hausse de 1,7 point de la CSG pour "des petits revenus, des petites retraites", a ensuite affirmé Frédéric Barbier (LREM, ex-PS), premier signataire de l’amendement, co-signé par 14 autres élus. Il a plaidé pour "leur redonner ces 1,7% qu’on a pris l’an dernier" dans le projet de budget de la Sécu 2019, en augmentant l’IFI.

"On n’a pas eu d’états d’âmes l’an dernier pour faire un petit cadeau de 3 milliards quand on est passé de l’ISF à l’IFI", a aussi affirmé l’élu du Doubs, interrompu par un "ça va pas ?", lancé dans l’hémicycle.

"Je pense qu’il y a quelque chose qui ne va pas dans ce qui vient d’être dit", lui a ensuite rétorqué sèchement Amélie de Montchalin, vice-présidente du groupe LREM et porte-parole de son groupe sur le budget.

"Notre politique, c’est l’emploi et l’investissement. Nous avons fait le choix assumé de transformer l’ISF en IFI (...), de faire financer la protection sociale non pas par les seules personnes qui travaillent, mais par tous ceux qui ont des revenus", a-t-elle ajouté.

"Nous avons fait le choix du travail, nous avons baissé les cotisations sociales alors oui, ça ne va pas parce que ce que vous dites, ça n’est pas notre intention, ce n’est pas notre ambition, ce n’est pas notre projet", a-t-elle ajouté.

"Je peux vous dire que dans ce groupe, vous avez votre opinion, nous avons la nôtre et nous voterons contre ces amendements", a conclu Amélie de Montchalin.

La socialiste Valérie Rabault a ensuite affirmé que ces interventions "rejoignent des préoccupations que nous avions l’an dernier sur le fait que des injustices et des inégalités sont en train de se creuser". "J’entends que deux députés de la majorité commencent à le pointer", a-t-elle observé.

Une question, un commentaire?

Réagir à cet article Budget : accrochage entre (...) : Publiez un commentaire ou posez votre question...

A lire également