Bourse : La chute continue, les titres EDF et Crédit Agricole au plus bas de leur histoire

Publié le

Bourse : Le CAC40 a encore dévissé une nouvelle fois, des rumeurs de nouvelle dégradation de la France alimente le marché des vendeurs sur les positions à court-terme, bilan : les valeurs plongent...

Paris perd 2%, aucun bon sens près de chez nous , ni lumière pour les investisseurs : EDF et Crédit Agricole sont au tapis !

La Bourse de Paris a clôturé en forte baisse jeudi une séance très volatile, pénalisée par une série d’indicateurs américains décevants et une rumeur de dégradation de la note de la France, toutefois démentie par une source gouvernementale française.

L’indice CAC 40 a cédé 2,05% à 3.174,02 pointsdans un volume d’échanges fourni de 4,264 milliards d’euros, témoignant de la nervosité des intervenants. Crédit Agricole a fini à son plus bas historique à 3,66 euros, tout comme EDF à 15,31 euros.

Le début de séance avait pourtant été favorable après que l’Espagne eut réussià lever 2,5 milliards d’euros et à couvrir ainsi la moitié de son programme de financement pour 2012, en dépit de coûts d’emprunt en hausse.

Mais l’indice a brusquement décroché en début d’après-midi pour passer sous les 3.200 points peu après 16H00.

A trois jours du premier tour de l’élection présidentielle, "une rumeur de dégradation de la France" a agité le marché, explique un vendeur d’actions parisien sous couvert d’anonymat.

Cette hypothèse a été rapidement démentie par une source gouvernementale française qui l’a jugé infondée d’autant qu’aucune des trois grandes agences de notation n’a menacé la France d’une rétrogradation imminente.

Tendance du CAC 40 sur les 20 dernières séances

"Nous ne croyons pas à une telle dégradation si près de l’échéance électotale. Mais on se retrouve comme au mois d’août dans un marché fragile où les facteurs psychologiques sont très importants", souligne Arnaud de Champvallier, directeur de Turgot Asset Management.

Paris a déjà perdu son triple A auprès de Standard and Poor’s en janvier, rendant peu probable, dans l’immédiat, une nouvelle dégradation par cette agence.

Crise des dettes souverains, rumeurs de dégradation, les valeurs bancaires continuent de plonger

Les valeurs bancaires ont subi de plein fouet le retournement du marché, à l’image de Société Générale (-5,19% à 16,72 euros), BNP Paribas (-4,82% à 28,55 euros) et Crédit Agricole qui recule de 4,32% à 3,66 euros, son plus bas historique.

Une question, un commentaire?

Réagir à cet article Bourse : La chute continue, : Publiez un commentaire ou posez votre question...

A lire également