Logement social : l’Etat prêt à cèder 49 terrains à Paris

Publié le

Alors qu’un nouvel objectif de 25 % de logement sociaux par commune s’apprête à être voté, le gouvernement a dressé une liste de plus de 900 sites en France, dont 49 à Paris, qu’il pourrait céder à très bas prix pour faciliter les constructions. Détails...
Logement social : l'Etat prêt à cèder 49 terrains à Paris
©stock.adobe.com

Logement social : 930 terrains débloqués par l’Etat en France

Hier, la ministre du Logement, Cécile Duflot a présenté lors du Conseil des ministre sa proposition pour le logement social et confirmé que les villes disposées à construire des logement sociaux "bénéficieraient non seulement des aides de l’État, mais aussi de la mobilisation du foncier public".

C’est donc près de 930 terrains à travers la France qui pourraient être vendus au rabais voir céder gratuitement par l’Etat aux collectivités pour faciliter la construction de 110 000 logements sociaux.

La moitié de ces terrains se trouvent en Ile-de-France et 49 d’entre eux à Paris même. "Il s’agit d’espaces immédiatement mobilisables, autrement dit inoccupés ou sur le point de l’être et qui font, pour certains, déjà l’objet de projets", a indiqué le ministère du Logement.

Parmi les emplacements retenus on trouve la caserne de Reuilly, d’anciens locaux de la RATP, une antenne du ministère de l’agriculture ou encore un garage de la Préfecture de police. Une grande diversité, qui ne se retrouve pas au niveau de leur localisation.

Une répartition inégale

Hormis un emplacement près de la Gare du Nord dans le Xe arrondissement, la totalité des sites sélectionnés se trouvent dans les arrondissements proches du périphérique : XIIe, XIIIe, XVe, XVIIe, XVIIIe, XIXe, XXe.

Une localisation qui interpelle quand on sait que rapportés au nombre de résidences principales, les logements sociaux représentent déjà 37 % dans le XIXe, 32 % dans le XIIIe ou 30 % dans XXe.

A l’inverse, ils ne sont que 2,8 % dans le VIe, 3,7 % dans le XVIe et même seulement 1,3 % dans le VIIe. Si on indique au ministère que "l’inventaire des terrains que l’État pourrait mettre à la disposition des collectivités a vocation à être enrichi", on peut quand même s’inquiéter de ces écarts importants qui risquent de se creuser encore plus.

D’autant que l’année dernière, le maire de Paris, Bertrand Delanoë avait transmis à François Fillon, alors Premier ministre, une liste de 34 parcelles dans la capitale dont l’Etat n’avait plus l’utilité et que la commune parisienne aurait pu utiliser pour construire des HLM. Si la liste était plus réduite, elle était en revanche mieux répartie avec par exemple six emplacements dans le VIIe arrondissement.

Au ministère et à la Mairie de Paris, on indique toutefois que "rien n’est fermé" et que les discussions continues. Par ailleurs, la Ville a annoncé que l’objectif des 20 % de logements sociaux fixé par la précédente loi SRU serait atteint en 2014 avec six ans d’avance.

Une question, un commentaire?

Réagir à cet article Logement social : l'Etat : Publiez un commentaire ou posez votre question...

A lire également