Immobilier locatif : Du rififi entre les loueurs de meublés et la mairie de Paris

Publié le , mis à jour le

La mairie de Paris a déjà obtenu quinze condamnations en justice de loueurs de meublés sur Paris, louant leurs biens pour une durée de moins de une année. Les loueurs répliquent que le marché ira donc aux mains d’investisseurs étrangers...

Les loueurs de meublés repartent en guerre contre la mairie de Paris :

Les loueurs de meublés ont à nouveau dénoncé mercredi les attaques de la mairie de Paris contre leur activité, assurant que "le marché dans son ensemble (allait) retourner à la clandestinité", et que plus de 2.000 emplois étaient menacés.

La mairie, se fondant sur un "flou juridique" dans la rédaction de deux articles du Code de l’habitat et de la construction, a poursuivi en justice des propriétaires de logements les louant en meublés pour une durée de moins d’un an, et obtenu ces derniers mois "quinze condamnations", a expliqué à l’AFP Alain-Serge Delaitte, délégué général de France Meublés, Paris Meublés, une association qui regroupe plus de la moitié des agences spécialisées.

JPEG - 52.8 ko
Immobilier locatif : Du rififi entre les loueurs de meublés et la mairie de Paris

Le risque est que "l’activité des agences (soit) intégralement transférée aux opérateurs étrangers, à l’abri des contraintes parisiennes et de la fiscalité", dénonce France Meublés dans un communiqué. Les sites internet permettant aux particuliers de louer leur appartement pour de courtes durées se sont multipliés ces dernières années.

"Alors que le secteur se développe et recrute, les 100 agences parisiennes spécialisées (...) vont devoir licencier 1.100 salariés directs auxquels s’ajoutent 1.000 emplois indirects", avance l’association.

Des meublés loués plus chers aux touristes pour des courtes durées

La mairie de Paris a décidé de s’attaquer à la location meublée parce qu’elle réduirait le parc de logements disponibles pour les Parisiens et pousserait à la hausse le prix des loyers. Particulièrement dans son viseur : la location de courte durée à destination des touristes.

Mais France Meublés conteste l’ampleur de ce phénomène. Selon l’association, "les locations aux touristes ne représentent que 4% du temps total d’occupation". 76% du temps est représenté par "les visiteurs professionnels et leurs familles".

"La durée moyenne de séjour en logement meublé s’établit à 80 jours, contre 2,7 nuitées à l’hôtel, ce qui montre que les deux modes d’hébergement sont complémentaires et non substituables", ajoute-t-elle.

France Meublés estimeque les appartements concernés ne retourneront pas "au secteur de la location classique de longue durée", car "les deux tiers (...) sont occupés une partie de l’année par leurs propriétaires".

20.000 appartements sont actuellement en location meublée à Paris, un chiffre "à compareravec les 116.000 logements vacants dénombrés à Paris par l’INSEE (...) auxquels s’ajoutent 80.000 résidences secondaires et logements inoccupés".

Une question, un commentaire?

Réagir à cet article Immobilier locatif : Du (...) : Publiez un commentaire ou posez votre question...

A lire également