Epargne salariale : le déblocage proposé par hollande, un coup dur pour les entreprises

©stock.adobe.com
L’annonce du déblocage libre de l’épargne salariale par François Hollande, amène à se poser des questions sur son impact sur les entreprises et son efficacité...

Publié le

Notifications FranceTransactions.com
Pour ne rien rater de l'actualité des placements épargne, inscrivez-vous à nos notifications.

Epargne salariale : les fonds propres des entreprises fragilisés

Lors de son allocution télévisée, François Hollande a annoncé la possibilité d’un déblocage de l’épargne salariale, exonéré d’impôts. Durant 6 mois, tous les salariés bénéficiant d’un contrat d’épargne salariale pourront disposer de leur participation nette d’impôts comme bon leur semble, jusqu’à 20 000€.

Cette mesure déjà utilisée en 2005 et 2008, doit permettre de relancer la consommation. Toutefois, elle va à l’encontre du souhait du gouvernement de développer l’épargne longue qui aide au financement des entreprises.

Chaque année, 7 milliards d’euros de participation sont versés aux salariés et placés dans les actions de leur entreprise. Cela offre une solidité à l’entreprise. Le reste est investi sur des sicav monétaires et sur des fonds en actions et/ou en obligations.

Didier Turpin, directeur général de Natixis Interépargne, espère que "comme en 2008, la participation en titres de l’entreprise ne pourra pas être désinvestie sans un accord préalable entre l’employeur et les partenaires sociaux. À défaut, les retraits pourraient fragiliser certaines entreprises".

Sortie de l’épargne salariale : un réel coup de pouce pour l’économie ?

De plus, rien n’indique que les capitaux de l’épargne salariale serviront a la consommation. En temps de crise, de nombreux salariés pourraient être tentés de replacer ces sommes sur des placements plus souples mais moins rémunérateurs, leur permettant un accès au capital en cas de coup dur, comme les livrets d’épargne ou le livret A.

Une question, un commentaire?

Réagir à cet article Epargne salariale : le (...) : Publiez un commentaire ou posez votre question...

A lire également