Immobilier sur Paris : Les ventes s’écroulent, mais pas les prix

©stock.adobe.com
Le marché de l’immobilier parisien arrive à un seuil, le nombre de transactions s’écroule, mais les prix ne baissent pas suffisamment. Du coup le marché se fige, seule une baisse significative des prix pourra refaire partir les transactions. La hausse des 10 dernières années a été trop forte.

Publié le

Les ventes sont en chute libre, les prix se maintiennent, l’irrationnel continue sur Paris !

La baisse des prix des logements anciens est restée modérée à Paris (-0,2%) sur la période décembre 2012-février 2013 par rapport à la période précédente, en dépit d’une baisse sensible du nombre des ventes (-37%) sur un an, a indiqué jeudi la Chambre des notaires Paris-Ile-de-France.

A Paris, le prix moyen au mètre carréd’un appartement ancien s’est établi à 8.290 euros sur le trimestre à fin février, représentant une baisse de 0,2% par rapport à la période septembre-novembre 2012, stagnant sur un an.

Toutefois, les projections qui s’appuient sur les avant-contrats de ventes à Paris font état d’une poursuite de la baisse des prix "aux environs de 8.100 euros le mètre carré, qui semble constituer le prix de vente que l’on peut attendre dans la capitale à la fin du deuxième trimestre 2013", prévoient les notaires.

Le volume des ventes a reculé de 37% à Paris sur le trimestres’achevant fin février, par rapport à la même période de l’année précédente.

Sur le trimestre à fin février, la baisse des prix des logements anciens "se retrouve dans tous les départements de la région" Ile-de-France mais "l’ampleur de ce mouvement est encore incertaine", indiquent les notaires dans un communiqué.

En Ile-de-France, le prix moyen au mètre carré des appartements anciens a reculé de 0,7% sur un an à 5.490 euros et de 0,6% par rapport au trimestre précédent (septembre-novembre 2012). Sur un an, le volume des ventes a chuté de 29% à 20.800.

Tous logements anciens confondus, (appartements et maisons), les ventes ont reculé de 26% sur un an à 29.500, avec un repli de l’indice des prix de 1% sur un an et de 0,8% par rapport au trimestre précédent.

Concernant le volume des ventes, les notaires rappellent que le marché francilien a connu en janvier 2012 une activité "exceptionnelle" avant le changement de régime d’imposition des plus-values immobilières.

Le prix unitaire moyen d’une maison ancienne en Ile-de-France a atteint 302.200 euros sur le trimestre s’achevant fin février, soit un recul de 1,6% sur un an et de 1,1% par rapport au trimestre précédent.

Une question, un commentaire?

Réagir à cet article Immobilier sur Paris : (...) : Publiez un commentaire ou posez votre question...

A lire également