Zone euro : l’€uro doit résister !

©stock.adobe.com
Malgré les nombreux chocs qu’elle a subit, la zone euro peut être fière de sa monnaie unique qui a fait preuve d’une grande résistance. Certes affaibli à court terme, l’€uro ne devrait pas capituler, pour la bonne et simple raison que le coût exorbitant de sa disparition, ferait sombrer la zone euro. Pour autant la bataille est loin d’être terminée...

Publié le

Zone euro : une monnaie plus forte qu’elle n’y parait

© Fotolia.com

2011, une année marquante pour les marchés financiers, cours en dents de scie, décrochages brutaux, reprises inespérées, paniques des marchés... et pourtant le krach boursier tant craint n ’a pas eu lieu. L’avalanche de coups durs n’a pas réussi à faire flancher la monnaie unique européenne.

Et pourtant, l’€uro s’est trouvé en bien mauvaise posture face à la menace d’un défaut grec et d’un démantèlement de la zone euro. Des craintes qui ont engendré des fluctuations des cours à la hausse et à la baisse en fonction des espoirs ou de la méfiance produite par les nombreux Européens pour résoudre la crise de la dette.

Contre toute attente, l’euro à bien encaissé les coups cette année, même les plus virulents. Au final, l’année 2010 aura été plus difficile pour la monnaie unique, qui avait alors chuté de près de 10% en seulement 3 mois (entre mars et juin) et avait perdu 14% face au dollar.

En 2011, Banque centrale européenne (BCE) a calculé un taux de change effectif en baisse de seulement 1.2% au 23 décembre 2011. L’€uro enregistre une perte très modérée face au dollar en 2011, avec une valeur à 1.30702 $, ce matin soit environ -2.3% sur l’année.

€uro 2012 : la bataille continue

Rien n’est gagné pour autant, la situation de l’€uro reste très tendue et le début d’année 2012 s’annonce difficile. Le scénario de début janvier 2011 pourrait se reproduire et l’€uro pourrait donc subir une violente chute.

© Fotolia.com

Si l’on ne peut pour le moment pas anticiper la durée de résistance de la monnaie unique face aux difficultés financières de la zone euro, la disparition de l’euro parait une issue des plus absurde. En effet, la suppression de l’€uro et le retour aux précédentes monnaies dans l’ensemble des pays concernés seraient bien trop contraignants et surtout bien trop chers. La zone euro englobe 332 millions de personnes dans 17 pays. Selon les chiffres de la Banque centrale européenne (BCE), mi-2011, 14,2 milliards de billets et 95,6 milliards de pièces étaient en circulation pour une valeur de près de 870 milliards d’euros. Le coût d’une disparition de l’€uro serait nettement supérieur à un sauvetage. L’abandon pur et simple de l’€uro serai un scénario catastrophe bien peu probable

Seul réel danger, que certains "petits pays eurosceptiques" fassent faux bond aux plus "grands" (Allemagne , France, Pays-bas...) en décidant l’abandon de l’€uro, entraînant une hausse de valeur trop importante face au dollar. Un tel scénario fragiliserait la zone euro qui verrait fondre sa compétitivité à l’export, avec des pertes d’emplois massives à la clé et une évaporation du pouvoir d’achat.

Une question, un commentaire?

Réagir à cet article Zone euro : l'€uro : Publiez un commentaire ou posez votre question...

A lire également