Reçue par Macron, Rabault (PS) attend une réponse sociale plutôt qu’institutionnelle

Publié le

La réponse au grand débat doit être avant tout économique et sociale et non uniquement institutionnelle, a déclaré Valérie Rabault, la présidente du groupe PS à l’Assemblée, après avoir été reçue par Emmanuel Macron.

Reçue par Macron, Rabault (PS) attend une réponse sociale plutôt qu’institutionnelle

"La réponse ne peut pas être qu’institutionnelle Faire un référendum sur les institutions ne résoudra pas" la crise, a déclaré Mme Rabault à la presse à l’Élysée.

"Pour moi, c’est avant tout une réponse économique et sociale" qu’il faut apporter, a-t-elle ajouté. En faisant une comparaison entre la situation actuelle et mai 68 :"quand le général de Gaulle a voulu résoudre 68, il a fait le Grenelle. C’est-à-dire (une réunion) avec les partenaires sociaux" et "pas juste une réforme institutionnelle".

Valérie Rabault a indiqué avoir redit au chef de l’Etat que les socialistes considéraient "la restaurationde l’ISF" comme "une condition indispensable pour que la perception de la justice fiscale soit vraiment au rendez-vous".

Les socialistes ont réuni depuis décembre 162 signatures ou promesses de signatures de parlementaires, sur les 185 nécessaires pour initier un référendum d’initiative partagé (RIP) afin de rétablir l’ISF.

Interrogée ensuite lors d’une conférence de presse sur l’idée du ministre des Comptes publics Gérald Darmanin (ex-LR) de revoir les niches fiscales, Mme Rabault a jugé la piste "extrêmement intéressante", et rappelé que la droite avait voté sous le précédent quinquennat contre une révision à la baisse du plafond des avantages fiscaux pour les foyers à 10.000 euros. "Il reste des choses à nettoyer", a ajouté l’ancienne rapporteuse générale du budget.

La patronne des députés socialistes a par ailleurs estiméqu’il serait "étonnant" qu’Emmanuel Macron, qui "s’est fait élire sur une image très européenne", choisisse d’organiser un référendum le 26 mai, jour du scrutin européen. "Il faut quand même que l’Europe puisse exister. S’il y a un référendum le jour des élections européennes, je crainsque l’Europe passe à la trappe", selon elle.

Emmanuel Macron, qui s’est entretenu en début de matinée avec Patrick Mignola, le patron des députés Modem, doit encore recevoir successivement mardi Jean-Christophe Lagarde (UDI, Agir et Indépendants), Bruno Retailleau (LR au Sénat) etAndré Chassaigne (PCF à l’Assemblée). Marine Le Pen (RN) et Jean-Luc Mélenchon (LFI) sont attendus mercredi à l’Elysée.

Une question, un commentaire?

Réagir à cet article Reçue par Macron, Rabault (...) : Publiez un commentaire ou posez votre question...

A lire également