Réforme du CICE : Le gouvernement se tire une balle dans le pied (parlementaires PS)

Publié le

Les parlementaires socialistes ont estimé jeudi que le gouvernement se tire une balle dans le pied en transformant le CICE en baisse de cotisations sociales patronales, alors qu’il faudrait selon eux davantage soutenir la croissance.

Réforme du CICE : "Le gouvernement se tire une balle dans le pied" (parlementaires PS)

"Les chefs d’entreprise ne demandaient plus cette transformation du crédit d’impôt compétitivité emploi", a fait valoir en conférence de presse la cheffe de file des députés socialistes Valérie Rabault, aux côtés de son homologue au Sénat, Patrick Kanner, et de plusieurs élus.

Le CICE, réduction d’impôts portant sur les petits salaires mise en place sous François Hollande, a été critiqué pour son faible impact sur l’emploi malgré un coût élevé. Promesse de campagne d’Emmanuel Macron, sa transformation en baisses de charges pérennes entrera en vigueur au 1er janvier.

Cette mesure va peser lourdement sur le déficit public en 2019 : l’État devra payer "double" en supportant le remboursement du CICE pour 2018 et la baisse de cotisations pour l’année en cours, soit un total de 40 milliards d’euros.

"Ne pas opérer la bascule 2019 donne 20 milliards d’euros de marge de manœuvre qui permettent de réaliser des investissements indispensables pour éviter que la croissance économique ne s’essouffle après le faux plat qu’elle a connu au 2e trimestre 2018", suggèrent députés et sénateurs PS dans leur budget alternatif.

Ils veulent aussi rétablir l’ISF sauf pour les titres de TPE et PME, supprimer la flat tax, revenir sur la suppression de l’exit tax et encore limiter la baisse de l’impôt sur les sociétés aux TPE-PME.

Cela permettrait de financer "d’autres priorités" que celles de l’exécutif : "soutenir le pouvoir d’achat des 14 millions de retraités, accélérer la transformation énergétique, répondre à l’urgence sociale et assurer la cohésion de notre pays".

Parmi les mesures que ces parlementaires défendent actuellement, dans le cadre de l’examen des budgets de l’État et de la Sécu, figurent l’indexation des pensions et allocations logement sur l’inflation, l’application de la hausse de CSG aux seules pensions supérieures à 3.000 euros par mois pour un célibataire, le lancement d’un plan de construction et rénovation des Ehpad, et encore la re-création de 100.000 emplois aidés.

Enfin, les socialistes soulignent que 55 milliards d’euros de taxesécologiques sont programmées sur la durée du quinquennat mais déplorent que seuls 20 milliards soient annoncés pour le financement de la transition énergétique. Ils souhaitent notamment un doublement de l’objectif de rénovation des logements "passoires énergétiques", à 300.000 en 2019.

Une question, un commentaire?

Réagir à cet article Réforme du CICE : Le gouvernem : Publiez un commentaire ou posez votre question...

A lire également