Zone euro : Des signes de reprise timide

Publié le

Les premiers chiffres de la croissance au quatrième trimestre 2013 dans la zone euro vont être publiés aujourd’hui. Une légère accélération est attendue.

Zone euro : la croissance attendue à 0,2 %

Alors que la zone euro est actuellement rongée par le chômage et menacée par la déflation, les premières estimations du Produit intérieur brut (PIB) au quatrième trimestre 2013 seront publiée ce vendredi à la mi-journée par l’office européen des statistiques, Eurostat. Selon la plupart des analystes, il devrait progresser de 0,2% sur la période d’octobre à décembre, après +0,1% au trimestre précédent.

Plus tôt dans la matinée, sont également attendus les PIB des trois premières économies de la zone euro (Allemagne, France, Italie). Sauf surprise, ils devraient montrer une légère accélération de l’activité en Allemagne mais aussi en France, qui devrait ainsi échapper à un retour en récession.

D’après les experts, le retour de la croissance serait principalement du au regain du secteur industriel qui a augmenté de 0,3 % au dernier trimestre 2013. Dans le même temps, le replis des ventes de détail devrait en revanche peser sur la consommation.

Zone euro : la fin de la récession ?

Les chiffres du PIB devraient "globalement confirmer le scénario de redressement progressif de l’activité dans la zone euro", estime la maison de courtage Aurel, même si "le niveau d’avant la récession ne devrait pas encore être rattrapé".

La zone euro est sortie au deuxième trimestre 2013 de la plus longue phase de récession de son histoire, qui s’était prolongée pendant 18 mois.

"Un niveau d’activité encore significativement plus faible que cinq ans auparavant signifie notamment que des capacités de production inutilisées perdurent", en premier lieu sur le marché du travail, souligne-t-on chez Aurel, alors que le chômage évolue toujours à des niveaux record d’environ 12% dans la zone euro.

Zone euro : gare à la déflation !

A ce climat difficile, s’ajoutent désormais les craintes de déflation. En janvier, l’inflation a ralenti à 0,7%, après 0,8% en décembre et 0,9% en novembre.

Moins spectaculaire que l’inflation galopante, la déflation est tout aussi dangereuse car elle crée un cercle vicieux dont il est difficile de sortir, comme l’illustre la situation du Japon, aux prises avec ce mal depuis 15 ans. Face à des prix qui baissent, les consommateurs diffèrent leurs achats, les entreprises réduisent leur production et finissent par baisser les salaires voire supprimer des emplois. Résultat : la machine économique est complètement grippée.

La directrice générale du Fonds monétaire international (FMI), Christine Lagarde, a récemment mis en garde contre "des risques croissants de déflation qui pourraient être désastreux pour la reprise", affirmant que cet "ogre doit être combattu".

Mais cette analyse n’est pas partagée par tous. Le président de la Banque centrale européenne (BCE), Mario Draghi, vient de récuser ce scénario. "Il n’y a pas de déflation en zone euro", a-t-il assuré la semaine dernière. Il a toutefois admis qu’une "inflation faible prolongée est un risque pour la reprise" et "pour le niveau de la dette". "Nous sommes en état d’alerte concernant ces risques et sommes prêts à agir", a-t-il assuré.

Une question, un commentaire?

Réagir à cet article Zone euro : Des signes de (...) : Publiez un commentaire ou posez votre question...