La croissance des prestations sociales au plus bas en 2015 depuis 1959

Publié le

Les prestations de protection sociale ont progressé de 1,6% en 2015 en France, le rythme le plus bas observé depuis 1959, en raison notamment de la faible inflation et des mesures de maîtrise des dépenses, selon une étude de la Drees publiée jeudi.

La croissance des prestations sociales au plus bas en 2015 depuis 1959

En 2015, dernière année disponible des comptes, les dépenses de protection socialese sont élevées au total, en comptant les frais de gestion ou frais financiers, à 746,6 milliards d’euros , selon le rapport annuel de la Direction de la recherche, des études, de l’évaluation et des statistiques (Drees).

Les prestations sociales, qui constituent 94% de ces dépenses (701,2 milliards d’euros), ont enregistré une hausse de 1,6%, et représenté 32% du PIB.

"Les mesures de maîtrise des dépenses et l’inflation particulièrement faible depuis 2013 contribuent à la moindre progression des prestations sociales en 2015", explique la Drees.

Cette croissance modérée s’inscrit dans une tendance similaire au sein de l’Europe des 15, bien qu’elle soit plus ou moins marquée selon les pays. En 2014, l’UE à 15 a consacré en moyenne 28,4% du PIB à ses dépenses de protection sociale.

Les ressources de laprotection sociale en France ont également été moins dynamiques en 2015 (+1,7% à 741,5 milliards, après +2,6%), mais leur croissance est restée supérieure à celle des dépenses et le déficit de la protection sociale a donc continué de se résorber.

Le déficit s’est élevé à 5,1 milliards d’euros contre 7,7 milliards en 2014. Il est désormais deux fois moindre qu’en 2011.

Parmi les dépenses dont la progression a ralenti figurent celles liées à la vieillesse-survie (+1,6%) en raison de la baisse des flux de départs en retraite, les prestations santé (+2%)du fait de la modération de l’objectif national des dépenses d’assurance maladie (Ondam), celles liées à l’emploi (+1,6%), à la pauvreté (+2,2%) en raison d’une moindre progression des dépenses de RSA, et au logement (+0,8%).

Les prestations familiales ont stagné en 2015 (+0,2%) enraison des réformes de politique familiale qui sont intervenues (congé parental, modulation des allocations familiales en fonction des revenus à partir du 1er juillet 2015 ...). Les allocations familiales ont diminué pour la première fois depuis 2011 (-2,4%).

Une question, un commentaire?

Réagir à cet article La croissance des prestations : Publiez un commentaire ou posez votre question...

A lire également