Retraites : les pensions complémentaires du privé augmenteront de 0,6% en novembre

Publié le , mis à jour le

Les pensions complémentaires des anciens salariés du secteur privé seront revalorisées de 0,6% au 1er novembre, soit un point de moins que l’inflation prévue pour 2018, ont annoncé jeudi les régimes de retraite Agirc-Arrco.

Retraites : les pensions complémentaires du privé augmenteront de 0,6% en novembre

Syndicats et patronat avaient décidé en 2015 que les pensions versées parl’Agirc et l’Arrco seraient indexées sur "l’évolution des prix à la consommation hors tabac diminuée de un point", rappelle un communiqué.

Réunis mercredi, ils ont pris acte de "la dernière prévision d’inflation publiée par l’Insee estimée à 1,6% pour l’année 2018".

Par conséquent, les retraites complémentaires du privé "seront revalorisées de 0,6% au 1er novembre".

Si la hausse des prix s’avère plus forte que prévu, "les partenaires sociaux appliqueront une éventuelle revalorisation au vu de l’inflation réelle constatée en 2018", les chiffres définitifs devant être connus en début d’année prochaine.

Une question, un commentaire?

Réagir à cet article Retraites : les pensions (...) : Publiez un commentaire ou posez votre question...

4 commentaires

  • Retraites sciemment dévalorisées

    12 octobre 16:50, par Vacher Pierre

    Le principe de base qui consiste à déconnecter les retraites par rapport à l’évolution de l’indice INSEE des prix apparait comme un "casus belli" évident pour tous les citoyens concernés et une immoralité assumée des décideurs.
    En effet ceci implique une baisse régulière et notable du pouvoir d’achat des retraités. En cas de poursuite dans le temps d’une telle provocation on aboutira immanquablement à affamer cette importante partie du corps social.
    Je suis stupéfait de la modération des réactions sur ce sujet.

    Répondre à ce message

    • Retraites sciemment dévalorisées

      Il s’agit d’un vol sciemment organisé depuis 2011 par les gouvernements successifs comptant sur le manque de réactivité des retraités. S’y ajoutent les hausses successives de CSG et CRDS.
      L’hypocrisie et le mensonge font apparaître qu’un retraité a une pension supérieure à la classe d’âge arrivant sur le marché ; il n’y a pas besoin de réfléchir longtemps pour savoir qu’après 40 ans de vie active, la rémunération est bien supérieure à celle du début de la vie professionnelle.
      Comble d’hypocrisie : les tranches de l’IRPP sont revalorisées au taux de l’inflation et les taxes sur les carburants beaucoup plus.....

      Répondre à ce message

    • Retraites sciemment dévalorisées

      Nous sommes doublement volés,car les variations des prix d’achat des points calculés à partir des montants de nos salaires ont toujours augmenté plus vite que "l’inflation"( les variations "du reste à vivre" de mes salaires pendant les 40 ans que j’ai travaillé de 1956 à 1996 ont été inférieures aux augmentation des prix d’acquisition des biens et services que j’ai utilisé pendant cette période ou j’ai été contraint par mes employeurs et la D.G.I à la solidarité forcé pour des retraités qui n’avaient pour de nombreux cas pas cotisé sur leurs revenus durant cette période et que les variations des montants des restes à vivre depuis 22 ANS ,n’ont fait que perdent de valeurs d’acquisition et de toutes façon sont d’un montant total très inférieur au total des cotisations appelés pendant ma période d’activité ,pour payer des entreprises de retraites mal gérer avec des charges de structures très élevés et certains revenus données à des cadres exorbitants et jamais sanctionnés pour leurs erreurs de gestion.
      il est temps que la liberté soit redonner pour que la compétition fasse sa régulation que refuse de faire certains hauts fonctionnaires de l’état détachés dans les organismes de gestion ou de conseils de ces établissements de retraites qui sont à l’abris dans la possibilité de rejoindre leur corps parce qu’ils ont acquis pour beaucoup leurs limites de PETER et se partages des prébandes lucratifs pour de rares conseils sans sanctions sur leurs patrimoines.
      J’en ai fréquenté dans cette période, qu’il étaient difficile de faire travaillé plus 2 h PAR JOUR et qui avaient l’arrogance de demandé des avantages pour pouvoir discuter d’un dossier sur lequel il se donnaient tout pouvoir de décision,même les moins intéressantes pour les contribuables.
      Il y a trop d’irresponsables dans ce pays dont la soit disant "justice "ne reconnait pas le prix du sang versé par des générations ,pour réparer les mauvais choix de ses represantants et les conséquences qu’ont du endurer les membres meurtris de ce sacrifice de leurs ainès et ou de trop nombreux qui n’ont pas le sens de l’effort ne pensent qu’à profiter des miettes que leur souspoudre un "état" en faillite,après avoir prélevé les moyens de vivre certains dans le luxe et qui semblent s’étonner de sentir la révolte qui couve ,bien protéger dans de beaux quarties urbains,par les forces de la police,la gendarmerie ou les armès qui sont contraint d’être pour de trop nombreux cas meurtris pour qu’ils puissent continuer à properer.
      il est temps qu’il subissent un bilan de connaissances avant de pouvoir poursuivre leur pillage et aillent réapprendre la valeur de l’éffort pour mériter de continuer à vivre de celui qui les engraissent ;

      Répondre à ce message

  • Pour les jeunes qui ont réalisés de longues études et qui commencent tard à cotiser, il est possible de racheter 70 points de retraite par année d’études supérieures dans la limite de 3 ans à condition d’avoir préalablement racheté des trimestres auprès du régime de base. Il est possible de racheter jusqu’à 12 trimestres. Plusieurs conditions sont à réunir : être âgé d’au moins 20 ans et moins de 67 ans et ne pas bénéficier d’une retraite personnelle du régime général. (source Agirc-Arrco)

    Est-ce vraiment utile ? Racheter des points ou posséder un PERP/Madelin ?

    Répondre à ce message

A lire également