Fonds euros : entre performance avec frais et moindre rendement mais sans frais, comment choisir ?

Publié le , mis à jour le

Comment choisir pour un placement entre un contrat d’assurance-vie, doté d’un fonds en euros performant, mais avec des frais sur versement, et un second contrat d’assurance-vie, sans frais sur les versements, mais dont le fonds en euros est moins rémunérateur ? Sur quel contrat ai-je intérêt à verser mon argent ? Petits calculs entre épargnants.

Nous avons tous été confronté à ce dilemme. A priori, le contrat sans frais sur les versements est toujours à privilégier, pour une raison évidente : 100€ versés = 100€ placés. Mais les choses peuvent devenir plus compliqué si l’épargnant anticipe que le fonds en euros du contrat avec frais sur versement sera supérieur à celui du contrat sans frais sur les versements. Cela se calcule donc...

Simulateur : déterminez le meilleur contrat pour votre placement

Vous pouvez modifier le niveau des frais sur versements, ainsi que le rendement du fonds euros selon vos souhaits. Le capital placé n’influe pas sur les résultats, dans le sens, où la comparaison impose qu’il soit le même sur les deux contrats, A et B.

Choisir entre un contrat avec frais sur versement, mais avec un fonds euros plus rémunérateur que sur un contrat sans frais sur versement. Calculs.

Un cas concret

J’ai 10.000€ à placer, j’ai le choix entre un contrat d’assurance-vie A, dont le fonds en euros a servi l’année précédente un taux de 2.60%, mais possède des frais sur versement de 2%, et un contrat d’assurance-vie B, sans frais sur les versements, mais dont le taux du fonds en euros n’est que 2.05%. Dans l’hypothèse où l’écart de rendement entre les deux fonds euros reste identique au fil des années, quel est le contrat à privilégier ?

Si évidemment le contrat sans frais sur les versements est plus avantageux la première année, la différence de rendement entre les fonds en euros est compensé dès la 4eme année du placement. Donc, selon l’horizon de placement de l’épargnant, le contrat d’assurance-vie à privilégier ne sera pas le même...

Enregistrer au format PDF Téléchargez cet article (PDF)

Une question, un commentaire?

Réagir à cet article Fonds euros : entre performanc : Publiez un commentaire ou posez votre question...

4 commentaires

  • Les frais, sémal !

    17 mai 15:21, par Cafti

    Ce sont les intérêts générés par une assurance-vie qui sont imposés ET soumis à contribution sociale, pas le capital investi. Une perte en capital (les frais), comblée par un gain supérieur en intérêts génère tout de même une moins-value pour l’assuré.
    Si les chiffres bruts de votre tableau sont sans doute exacts, le raisonnement est lui erroné.
    Il ne faut pas utiliser 2,6 et 2,05, mais (2,6 x 0,845) et (2,05 x 0,845),
    car les contributions sociales sont prélevées chaque année et sur les intérêts.
    Dit autrement, le gain d’intérêts annuel n’est pas de 0,55%, mais de 0,46%.
    Si je ne me suis pas trompé en alimentant mon tableur, ce n’est qu’au bout de la cinquième année
    que le contrat A (109,25) devient plus rentable que le contrat B (108,97).
    Par ailleurs si vous sortez au bout de cette 5e année révolue, le faible gain sera perdu par l’imposition à 15%.
    Je trouve que c’est un sacré pari (pas de Pascal puisqu’il a disparu en 1997) que de privilégier un contrat qui n’est "performant" qu’au bout de 5 ans, sur lequel on est sûr de ne faire ni versement ultérieur 5 ans avant son échéance, ni rachat avant 6 ans révolus.
    Autres paris : les contributions sociales n’augmenteront pas et l’imposition des intérêts ne changera pas.

    Répondre à ce message

    • Les frais, sémal !

      Merci bien pour votre message. Mas pour le coup, je ne suis pas d’accord. La comparaison de deux placements de même nature, ne dépend ni de la fiscalité, ni de leurs prélèvements sociaux, car de fait, ils sont les mêmes pour les deux. C’est comme pour les livrets épargne, que l’on compare des taux nets ou bruts, le classement restera identique. Pour les contrats A et B, que les PS soient déduits, ou pas, ne change pas le résultat du comparatif (le meilleur des 2, l’inversement au bout de n années), mais cela change
      seulement effectivement les chiffres du tableau.

      Cependant, afin d’aller dans votre sens, j’ai pris en compte votre remarque, et ai donc procédé à la déduction des PS sur les taux renseignés par l’utilisateur. Tout est donc maintenant net des prélèvements sociaux.

      Bien à vous.

      Répondre à ce message

      • Ce n’est pas seulement avec moi que vous êtes en désaccord, c’est avec votre tableau (qui montre ce que j’écrivais).
        Votre précédent tableau plaçait le A plus rentable au bout de 3 ans.
        Pour un livret, il n’y a effectivement aucune différence en comparant les taux bruts et les taux nets,
        car on les compare à capital identique, ce qui n’est pas le cas pour deux assurances-vie si l’une est amputée de frais.

        Je vous donne un cas extrême pour illustrer mon propos.
        Le contrat A supporte 10 % de frais, et rapporte 12 % d’intérêts. À vue de nez, cela donne 1,08 % de gain (0,9 x 1,2)
        Contrat A : 100 €, capital réduit à 90 € après frais, intérêts 10,80 €. Après un an : 100,80 €

        Le contrat B est sans frais, mais rapporte 0 % d’intérêts.
        Contrat B : Année blanche, toujours 100 €, ce qui est moins bien que 100,80 €.
        Sauf que le contrat B sera toujours de 100 € après application des cotisations sociales,
        puisque le capital investi n’y est pas soumis.
        En revanche, les 10,80 € du contrat A seront minorés à 9,12 € ; le contrat A finit donc l’année à 99,12 €.
        Il me semble que les prélèvements sociaux ont une influence sur la rentabilité.

        Si on reprend les frais de 2 %, avec un capital investi de 100 €,
        au bout de 6 ans, le contrat B atteint 110,85 € (100 + 10,85 €), soit 109,22 € après imposition forfaitaire à 15 % ;
        au bout de 6 ans, le contrat A atteint 111,65 € (90 + 21,65 €) soit 108,40 € après imposition forfaitaire à 15 %.

        Le contrat A, avec frais, ne devient rentable qu’à partir de la 7e année révolue,
        dans l’hypothèse où les cotisations sociales n’ont pas augmenté et que la fiscalité des intérêts n’a pas changé.

        Répondre à ce message

        • Bonjour,

          Merci pour votre réponse. Je pense que nous sommes au final d’accord, mais nous ne parlons pas vraiment de la même chose. La différence s’explique simplement, je n’ai pas modifié les calculs entre les 2 versions, j’ai juste appliqué les PS sur les taux saisis (j’applique le facteur 0.845 sur les taux saisis).

          Pourquoi une différence apparaît alors entre les 2 versions ? Tout simplement car la différence de rendement entre les 2 fonds euros n’est plus la même. Au départ, entre 2.60% et 2.05%, la différence de rendement est de 55 points de base. Mais en appliquant le pourcentage des PS, forcément, l’écart de rendement entre les 2 fonds euros n’est plus le même. Les taux nets des PS devenant 2.197% (pour le 2.60% initial) et 1.732% (pour le 2.05%), l’écart n’est plus que de 46 points de base. D’où un résultat différent, car les données en entrée ne sont plus les mêmes.
          C’est sur ce dernier point que je voulais en venir en indiquant que la fiscalité et les ps ne jouaient pas, tout dépend des taux saisis en entrée, s’ils sont déjà nets des ps, ou pas. Le résultat sera alors net des ps ou pas. Et je vous rejoins sur votre remarque, c’est bien ainsi, net des PS qu’il faut les considérer pour être au plus juste (donc l’internaute les saisit en bruts, la calculette les calculs en nets des PS).
          Comme quoi, pour une question qui paraissait simple au départ... Pas si facile que cela d’y répondre :)

          Bien à vous

          Répondre à ce message