CSG 2017, CSG 2018

Publié le , mis à jour le

Contribution Sociale Généralisée (CSG), taxe prélevée à la source. Créée en 1990, la CSG n’a fait qu’augmenter au fil des années, pour en devenir, la taxe la plus importante, celle qui rapporte le plus à l’Etat, devant l’impôt sur le revenu. Cette taxe s’applique à tous les revenus, sauf à de rares exception comme une partie de l’épargne réglementée. Impôt basé sur des revenus nets, la CSG est donc une double imposition, totalement illogique. Les contribuables peuvent donc en récupérer une partie, l’année suivante de l’imposition. Près de la moitié des contribuables n’étant pas informé n’en profite évidemment pas. Un bonus supplémentaire pour les caisses de l’Etat.

CSG : l’impôt à double lames...

Hausse de la CSG ! Au 1er janvier 2018, la CSG sera augmentée de 1.7 points, portant ainsi l’ensemble des prélèvements sociaux à 17.20%.

La CSG, ou Contribution Sociale Généralisée est une taxe créée en 1990 par le gouvernement de Michel Rocard dans le but de financer la sécurité sociale. Elle est prélevée à la source sur les revenus d’activité et du patrimoine, ainsi que sur les produits de placement (livret épargne, assurance-vie, etc.). Son taux diffère en fonction des différents revenus :

  • 7,5 % : revenus d’activité salariée, accessoires du salaire (ex : intéressement) et allocations pré-retraite ;
  • 6,2 % : allocations chômage (y compris partiel), congé de reclassement et indemnités journalières de sécurité sociale (IJSS) ;
  • 6,6 % : pensions de retraite et d’invalidité, allocations préretraite (pour une fin d’activité avant le 11 octobre 2007).

Considéré comme une cotisation sociale, la CSG fait partie des prélèvements sociaux au même titre que la CRDS (contribution au remboursement de la dette sociale).

CSG : une taxe efficace

La CSG est une taxe particulièrement efficace qui présente une assiette très étendue et n’est pas affectée par le quotient familiale ou les niches fiscales. Elle représente la première ressource fiscale de l’Etat, avant même l’impôt sur le revenu !

Aujourd’hui les seuls revenus qui échappent à la CSG sont les intérêts des livrets d’épargne réglementés (Livret A, livret jeune, LDD).

CSG pour les retraités

Les retraités bénéficient d’une exonération ou de taux réduits de CSG. Si, et seulement si, ils ne dépassent pas un certain niveau de revenu. Ainsi, une personne seule dont le revenu fiscal de référence — une ligne consultable sur l’avis d’imposition — est inférieur à 10 676 € est totalement exonérée de CSG.

Entre 10 676 € et 13 956 €, le taux appliqué est un taux réduit à 3,8 %. Au-delà, c’est plein pot : 6,60 % de CSG sur la pension.

CSG déductible sur les revenus du patrimoine

Les revenus des placements soumis aux prélèvements sociaux permettent de déduire une partie de la CSG, l’année suivante de leur imposition. Ainsi, la CSG de 8,20% sur les revenus du patrimoine fait l’objet d’une restitution, appelée plus couramment CSG déductible, au taux de 5,1%.

Historique du taux global des prélèvements sociaux

© Fotolia.com/DR

Une question, un commentaire?

Réagir à cet article CSG 2017, CSG 2018 : Publiez un commentaire ou posez votre question...

Sur le même sujet

A lire également

Enregistrer au format PDF Téléchargez cet article (PDF)