Assurance-vie : Sortie en rente ou en capital ?

Publié le , mis à jour le

Afin de percevoir des revenus réguliers durant sa retraite, grâce à son contrat d’assurance vie, il est possible de choisir entre rentre viagère et une sortie en capital via des rachats partiels programmés. Quelle solution choisir ?

C’est ce qui s’appelle en journalisme un marronnier ! La question qui fait la une de tous la presse financière chaque année. Assurance-vie : faut-il sortir en rente ou en capital ? Ni l’une, ni l’autre, le plus optimal est la sortie en capital, mais via des rachats partiels programmés !

Assurance-vie : les solutions de sortie de contrat

A l’échéance du contrat d’assurance-vie vous pouvez choisir entre :

- percevoir votre capital en une seule fois, vous récupérez l’intégralité de votre placement accompagné de vos intérêts et/ou plus-values, votre placement est alors échu,
- percevoir votre capital sous forme de rachats programmés, le placement du capital restant se poursuit,
- Une rente viagère, dont les versements ne cesseront, comme son nom l’indique, qu’à votre décès.

Le choix devra être mûrement réfléchi en fonction de l’anticipation de vos besoins au moment de la retraite et vos objectifs patrimoniaux.

Epargne retraite : La rente viagère :

L’assuré fait le choix de percevoir un rente à vie. Ainsi il est assuré d’avoir un complément de revenu jusqu’à son décès, mais attention, son capital est aliéné, il est donc perdu pour ses éventuels bénéficiaires.

Le montant de la rente est calculé sur la base du capital investit bien-sûr mais également de l’âge de l’assuré lors de la souscription et lors du versement de la première rente.

La sortie en rente viagère permet une réelle sécurité surtout si votre retraite ne s’annonce pas très élevée. Dans le cas de la rente viagère l’assurance-vie est souscrite dans l’optique première de s’assurer une sécurité financière pour ses vieux jours avant de penser à une transmission patrimoniale.

La fiscalité : L’imposition de la rente viagère dépend de l’age de l’assuré au moment de sa perception. Une fraction de la rente est soumise à l’impôt sur le revenu et aux prélèvement sociaux. Cette fraction baisse avec l ’âge :

- moins de 50 ans : 70%
- entre 50 et 59 ans : 50%
- entre 60 et 69 ans : 40%
- à partir de 70 ans : 30%

Epargne retraite : le rachat partiel programmé

Percevoir son capital sous forme de rachats partiels programmés est la principale alternative à la rente viagère.

L’assuré conserve son capital investit, tout en percevant une partie du rendement du contrat, au fil des mois.Le rachat partiel programmé permet de disposer de son capital, tout en percevant des revenus réguliers. Mais encore faut-il que le contrat d’assurance-vie choisi dispose de cette option, n’hésitez donc pas a comparer les différentes offres.

Cette solution est plus souple puisque vous gérer les versements comme vous le souhaitez, si vous n’avez pas de baisse de revenus, vous laisser le capital fructifier sur votre contrat et si le besoin se fait sentir vous mettez en place les retraits du montant qui vous convient.

Le problème de cette solution est que rien ne vous garanti (à moins d’avoir investit des très grosses sommes), que votre capital s’avère suffisant pour vous garantir un complément de revenus jusqu’à votre décès. Attention, le bénéficiaire à aussi son mot à dire, la loi l’autorise a s’opposer à tout rachat effectué sans son accord.

L’avantage principal et que vous disposer de votre capital comme bon vous semble et que les sommes restantes seront transmissent au(x) bénéficiaire(s) à votre décès.

La fiscalité : les sommes rachetées sont soumises à l’impôt sur le revenu ou au PLF (prélèvement forfaitaire libératoire). Au terme de 8 ans après la souscription les sommes perçues bénéficient d’un abattement annuel de 4 600€ pour une personne seule ou 9 200€ pour un couple marié ou pacsé. Les sommes dépassant les plafonds requis sont imposées à hauteur de 7.5%.

Assurance-vie : l’option rachat partiel programmé

Sélection de contrats d’assurance-vie dont le taux de rendement du fonds en euros est proche ou au-delà de 4% net de frais de gestion, brut de prélèvements sociaux, et dont la mise en place de l’option de rachats partiels programmés est possible.

Sélection de contrats proposant l'option de gestion rachat partiel programmé
Assurances-Vie Dernier rendement fonds eurosFrais sur versements Frais arbitrages
FORTUNEO (Fortuneo Vie)

Fortuneo Vie

SURAVENIR OPPORTUNITES : 3,10 % (2016)
SURAVENIR RENDEMENT : 2,30 % (2016)
0.00 % Arbitrages gratuits, sans restriction.
BOURSORAMA (Boursorama vie)

Boursorama vie

EUROSSIMA : 2,25 % (2016)
EURO EXCLUSIF : 2,65 % (2016)
0.00 % Arbitrages gratuits, sans restriction.
BOURSE DIRECT (Bourse Direct Vie)

Bourse Direct Vie

APICIL EURO GARANTI : 2,30 % (2016)
0.00 % 1 arbitrage offert par An
0,20 % du montant arbitré
minimum de facturation de 15,00 €
1 arbitrage offert par an
BFORBANK (BforBank Vie)

BforBank Vie

EURO ALLOCATION LONG TERME : 3,04 % (2016)
EURO DOLCEA VIE : 2,17 % (2016)
0.00 % Arbitrages gratuits, sans restriction.
LINXEA (LinXea ZEN)

LinXea ZEN

APICIL EURO GARANTI FG 060 : 2,35 % (2016)
0.00 % Arbitrages gratuits, sans restriction.
ASSURANCEVIE.COM (Evolution Vie)

Evolution Vie

AVIVA ACTIF GENERAL : 2,46 % (2016)
0.00 % Arbitrages gratuits, sans restriction.
Tableau présenté trié sur le nom de la compagnie (nom du contrat d'assurance-vie). Vous pouvez trier ce tableau selon vos propres critères en cliquant sur le titre de la colonne souhaitée.
Votre contrat d'assurance-vie propose également l'option rachat partiel programmé et ne figure pas dans cette sélection ? Merci de nous indiquer le nom de votre contrat, accompagné de la désignation exacte de l'option, afin de nous permettre de procéder à son référencement.

Une question, un commentaire?

Réagir à cet article Assurance-vie : Sortie en (...) : Publiez un commentaire ou posez votre question...

A lire également

Enregistrer au format PDF Téléchargez cet article (PDF)