Amende pour l’ex-DG de Corse-Matin pour abus de biens sociaux

Publié le

L’ex-directeur général de Corse-Matin, Antony Perrino, également entrepreneur immobilier, a été condamné à 15.000 euros d’amende vendredi par le tribunal correctionnel d’Ajaccio pour abus de biens sociaux en lien avec un membre présumé de la bande criminelle du ’Petit bar.
Amende pour l'ex-DG de Corse-Matin pour abus de biens sociaux
©stock.adobe.com

Amende pour l’ex-DG de Corse-Matin pour abus de biens sociaux

Huit mois de prison avec sursis avaient été requis le 25 juin à l’audience par le procureur de la République Eric Bouillard, qui reprochait à M. Perrino d’avoir loué un appartement à Ajaccio à Pascal Porri, membre réputé appartenir à la bande du "Petit Bar", et à sa femme Valérie Mouren, et ce "très largement en dessous des prix du marché".

Pascal Porri, notamment condamné en 2011 à six ans de prison pour "participation à une association de malfaiteurs", et son épouse ont respectivement été condamnés à 16 mois de prison ferme et six mois de prison avec sursis, pour recel d’abus de biens sociaux et blanchiment de fraude fiscale. Le procureur avait seulement requis 10 mois de prison ferme contre Pascal Porri.

Maître Pascal Garbarini, l’avocat de M. Porri et de Mme Mouren, a aussitôt annoncé que ses clients faisaient appel, "la procédure totalement viciée, avec des expertises qui ne sont pas impartiales".

Au cœur de cette affaire, la location à Valérie Mouren par une société de commerce immobilier gérée par Antony Perrino d’un appartement de 163 m2 avec 70 m2 de terrasse en dernier étage vue mer d’un immeuble neuf de standingd’Ajaccio pour un loyer de 1.500 euros. Une exonération de trois mois de loyer leur avait également été consentie.

Le ministère public s’était aussi penché sur des achats en liquide - pour 16.000 euros - du couple Porri et sur les acquisitions d’une voiture de luxe par Mme Mouren etd’une moto par Pascal Porri, qui se déclare sans ressources propres. De l’argent liquide présenté par la défense comme venant de cadeaux d’amis ou de proches, pour le mariage du couple et le baptême des enfants, attestations à l’appui.

Qualifiant Antony Perrino de "victime consentante" de M. Porri, le procureur de la République à Ajaccio avait dit soupçonner "un blanchiment d’activité dissimulée, licite ou pas", de M. Porri, reconnaissant cependant ne pas avoir "d’éléments" pour le prouver.

Une question, un commentaire?

Réagir à cet article Amende pour l'ex-DG (...) : Publiez un commentaire ou posez votre question...

A lire également