Crise / artisans du bâtiment : le troisième trimestre a stoppé la descente en enfer

Crise du bâtiment © FranceTransactions.com/ stock.adobe.com
L’artisanat du bâtiment a stabilisé son activité au troisième trimestre après un effondrement lors des semaines de confinement décrété au printemps contre la propagation du virus, a annoncé jeudi la principale organisation du secteur.

Publié le

Crise : l’artisanat du bâtiment se stabilise au 3T

"Aujourd’hui, on peut annoncer une reprise d’activité plutôt correcte", a résumé, lors d’une conférence de presse, Jean-Christophe Repon, président de la Confédération de l’artisanat et des petites entreprises du bâtiment (Capeb).
Au troisième trimestre, selon les chiffres extrapolés par l’organisation après sondage auprès de ses adhérents, l’activité du secteur, qui va de la construction de maisons à la rénovation énergétique, a progressé de 0,5% par rapport à la même période de l’an dernier.
"Il n’y a rien d’exceptionnel", a admis M. Repon, mais cette stabilisation était encore "inespérée" au début de l’été, alors que le pays sortait de près de deux mois de confinement entre mars et mai.

Dans ce contexte jamais vu, l’activité des artisans du bâtiment avait plongé de près d’un quart au second trimestre, un effondrement historique.
Désormais, "on a une vision plutôt positive de l’avenir mais très nuancée", a commenté M. Repon, alors que la Capeb s’attend toujours à une chute de près de 10% de l’activité de l’artisanat du bâtiment sur toute l’année. Au-delà, elle espère un rebond compris entre 6% et 8% en 2021.
L’organisation, qui craignait en juillet que le secteur perde quelque 20.000 emplois cette année, a aussi gagné en sérénité sur ce plan, puisqu’elle ne table plus que sur 2.000 ou 3.000 pertes en 2020.

Pour l’heure, le secteur profite d’abord d’une amélioration trimestrielle (+1%) dans la construction de logements,un redressement inattendu alors que les professionnels s’inquiètent depuis des mois d’une déprime durable.
Désormais, tout en saluant les mesures d’aides mises en place depuis le début de la crise, la Capeb se montre méfiante au lendemain de l’annonce de nouvelles restrictions publiques par le président Emmanuel Macron, dont un couvre-feu dans les grandes villes françaises.
"Les effets d’annonce d’hier ne sont pas pour remettre de la confiance au cœur des débats", a prévenu M. Repon, même si ces mesures ne concernent a priori pas les heures d’activité des artisans.

Une question, un commentaire?

Réagir à cet article Crise / artisans du bâtiment : Publiez un commentaire ou posez votre question...

A lire également