Immobilier : les Franciliens de plus en plus nombreux à souhaiter acheter en province, mais le temps presse

©stock.adobe.com
Si dans les sondages, 25% des Franciliens, après cette période de confinement et de début de deuxième vague se disent prêt à acheter en Province, bien peu d’entre eux le feront vraiment. La différence entre dire et agir. En revanche, le momentum est encore favorable pour le faire. Juste avant la baisse marquée des prix en Ile de France avec le probable retournement du marché de l’immobilier.

Publié le

Publicité

OFFRE SCPI

Notifications FranceTransactions.com
Pour ne rien rater de l'actualité des placements épargne, inscrivez-vous à nos notifications.

Mesures sanitaires restrictives, piètre qualité de vie, promiscuité, insécurité, coût de la vie, difficultés pour se déplacer... La liste des arguments favorables au départ de la région Ile de France s’allonge au fil des mois.

En matière d’immobilier : l’intention ne vaut pas l’action !

Les Franciliens sont toujours nombreux dans les sondages à vouloir partir en province. Ils sont désormais 25% à vouloir quitter l’Ile de France, selon le dernier sondage effectué par SeLoger. Ces Franciliens souhaitent acheter un bien immobilier en province. Cette proportion n’a fait qu’augmenter depuis le début du confinement au mois de février : de 14%, leur part est passée à 17% en avril puis à 18% en mai avant de grimper à 23% en septembre. L’arrivée de la "seconde vague Covid" renforce cette envie d’échapper au couvre-feu et autres mesures restrictives.

Acheter en province quand on est Francilien ? Le bon timing ?

Sans la crise économique actuelle, et la difficulté de trouver un emploi en province, le timing serait excellent. En effet, ces 25% de Franciliens sont, sans doute, également motivés par la baisse des prix de l’immobilier qui débute en Ile de France. Le retournement du marché de l’immobilier, s’il se confirme, est effectivement le meilleur moment pour vendre un bien en région parisienne, largement surcoté, afin d’acheter un bien en province. Les Franciliens ayant bien plus à perdre d’un retournement du marché de l’immobilier que les propriétaires provinciaux.

97% de provinciaux veulent le rester

Les provinciaux, quant à eux, n’ont pas l’intention de migrer en Ile-de-France. Ceux qui comptent déménager axent leur recherche immobilière sur la province. La concentration des nouveaux emplois dans les métropoles, et tout particulièrement la région parisienne, ne les convainc pas d’y acheter un bien immobilier. Alors que les provinciaux étaient 96% à vouloir le rester, ils sont désormais 97% à ne plus vouloir quitter les régions françaises autres que l’Ile-de-France.

Une question, un commentaire?

Réagir à cet article Immobilier : les Franciliens : Publiez un commentaire ou posez votre question...

Sur le même sujet

A lire également