La fédération des HLM promet une nouvelle étape à l’ouverture de son congrès

Publié le

Le monde des HLM, bousculé par le gouvernement dans son organisation comme son financement, est prêt à entrer dans une nouvelle étape, a promis mardi le président de sa confédération, ouvrant son congrès sous les huées de locataires mécontents.

La fédération des HLM promet une "nouvelle étape" à l’ouverture de son congrès

"Les deux années qui se présentent vont être cruciales:ce gouvernement s’est créé une responsabilité qu’avant lui aucun n’avait eu", a déclaré Jean-Louis Dumont, président de l’Union sociale pour l’habitat , entamant son 79e congrès annuel qui réunit plus de 4.000 congressistes à Marseille.

Le gouvernement demande à l’ensembledes bailleurs sociaux de réaliser quelque 1,5 milliard d’euros d’économies chaque année d’ici à 2020, via notamment une réduction organisée de leurs loyers et un relèvement du taux de TVA qu’ils payent.

Par ailleurs, la loi logement "Elan", sur le point d’être définitivement adoptée par les parlementaires, prévoit un regroupement des plus petits bailleurs sociaux, comptant moins de 12.000 logements.

Les organismes HLM sont donc peu enclins à investir, selon l’USH qui s’attend à une baisse de 5% à 10% des nouveaux logements sociaux en 2018, après déjà un recul l’an dernier.

"Aujourd’hui nous devons ouvrir une nouvelle étape", a promis M. Dumont, tout en regrettant des "attaques (...) injustes et inacceptables" contre "tant le mouvement HLM que ses locataires".

Le gouvernement "peut compter sur nous : nous ne serons ni des témoins impuissants, ni des victimes faciles", a-t-il ajouté, en présence du maire de Marseille, Jean-Claude Gaudin (LR).

S’affichant tourné vers l’avenir, dans le ton d’un congrès intitulé "Demain, les HLM", M. Dumont, qui dit refuser "une guerre des bons mots et des petites phrases", a viteété interrompu par les représentants d’une association de locataires, la confédération nationale du logement (CNL).

Après quelques minutes, des représentants de la CNL, qui accusent l’USH d’avoir trop facilement conclu un accord avec l’exécutif au printemps, ont sifflé et hué leprésident de l’USH, aux cris de "Dumont, trahison" et "Locataires en colère".

"Etre aux côtés des organismes HLM, c’est être aussi du côté des locataires, (...) de ces 11 millions de concitoyennes et concitoyens", a promis M. Dumont,

Une question, un commentaire?

Réagir à cet article La fédération des HLM promet : Publiez un commentaire ou posez votre question...

A lire également