Logement ancien : année de flambée à Nantes et Lyon (notaires)

Lyon © stock.adobe.com
Les prix des logements anciens ont globalement augmenté cette année en France, tout en connaissant des évolutions contrastées avec des flambées particulièrement marquées à Nantes et Lyon, ont détaillé mardi les notaires à l’occasion de leur bilan annuel du secteur.

Publié le

Logement ancien : année de flambée à Nantes et Lyon (notaires)

En matière de hausse des prix immobiliers, "la province rattrape l’Île-de France, c’est un fait nouveau qui n’existait pas ces dernières années", a résumé le notaire parisien Thierry Delesalle lors d’une conférence de presse.

A cette occasion, les notaires ont à nouveau présenté le tableau national qu’ils avaient dressé fin novembre lors de leur état trimestriel des lieux, établi de concert avec l’Insee.

Au sortir de trois années florissantes, les transactions sont à un niveau jamais vu, à plus d’un million, et les prix des logements français ont globalement augmenté .

Mais ce bilan est surtout l’occasion pour les notaires d’entrer en détail dans les marchés immobiliers des principales villes de France.

L’année a d’abord été marquée par l’essor persistant des prix à Paris : au mètre carré, ils ont pris 6,3% à 9.890 euros. Ce montant est une moyenne sur les neuf premiers mois de l’année et il est donc inférieur au seuil des 10.000 euros, dépassé cet automne.

Reste que d’autres villes enregistrent des flambées encore plus marquées.

2019 aura ainsi vu "une forte hausse des grandes villes de l’Ouest", a souligné Frédéric Violeau, président de l’Institut notarial de droit immobilier. A Nantes, notamment, les prix des appartements ont bondi de plus de 10% (3.150 euros le mètre carré), et à Rennes, ils ont pris plus de 7% (2.750 euros le m2).

Ailleurs, "on constate à nouveau la bonne tenue de Bordeaux (+1,5% à 4.320 euros le m2) mais la flambée bordelaise dont on a beaucoup parlé ces dernières années, se calme et Lyon reprend ses droits", a souligné M. Violeau.

Le marché lyonnais des appartements, plutôt timide depuis des années, s’est en effet rattrapé avec une hausse des prix qui dépasse 10% à 4.320 euros le mètre carré.

Dernière hausse notable, celle de Saint-Etienne (+7,7% pour les appartements à 930 euros le m2) est en trompe-l’oeil car elle conclut des années de déprime qui en font la seule grande ville française à moins de 1.000 euros le mètre carré.

Enfin, une seule grande ville voit baisser les prix de ses appartements : Reims, où il décline de 2,7% à 2.000 euros le m2.

Une question, un commentaire?

Réagir à cet article Logement ancien : année (...) : Publiez un commentaire ou posez votre question...

A lire également