Passoires thermiques : en 2023, le locataire pourra forcer le propriétaire à effectuer des travaux

Rénovation des logements © FranceTransacitons.com/stock.adobe.com
A partir de 2023, un locataire pourra forcer son propriétaire à engager des travaux si le logement consomme plus de 500 kwh par an et par m2.

Publié le

Une consommation de plus de 500 Kw/H par m2 et par an ?

C’est une terrasse en extérieure ? Non, un appartement ! Alors que le gouvernement vient également d’interdire, à compter de 2021, les terrasses chauffées, les locataires habitant dans des passoires thermiques devraient donc pouvoir forcer les propriétaires à effectuer des travaux de rénovations. Ainsi, les locataires de logements dont la consommation énergétique dépasse les 500 kw/h par mètre carré et par an, pourraient forcer leurs bailleurs à effectuer des travaux de rénovation. Cela concernerait environ 120.000 logements. Et l’on comprend aisément pourquoi avec un exemple chiffré...

Exemple d’une passoire thermique : un appartement de 30 mètres carrés, au plafond de la consommation énergétique de 500 kw/h / m2 / an, coûte à son locataire pas moins de 2.647€ par an (coût TTC du Kw/h de 0,1751€).

Un décret pour fixer le plafond de consommation d’énergie pour un logement décent

Un prochain décret va ainsi préciser le seuil de consommation d’énergie au-delà duquel un logement n’est plus considéré comme "décent".

Par ailleurs, le dispositif MaPrimeRénov’ sera ouvert à tous en 2021, afin que tous les travaux de rénovation énergétique puissent bénéficier aussi bien aux propriétaires occupants, qu’aux bailleurs ou encore aux copropriétés. De ce fait, les conditions de ressources pour en bénéficier seront donc supprimées.

Une question, un commentaire?

Réagir à cet article Passoires thermiques : en (...) : Publiez un commentaire ou posez votre question...

Sur le même sujet

A lire également