A Valenciennes, Valls rend hommage à Borloo sur la rénovation urbaine

Publié le

Manuel Valls a rendu jeudi à Valenciennes un hommage appuyé à l’ancien ministre UDI Jean-Louis Borloo pour son action en matière de rénovation urbaine, à l’occasion des dix ans de l’Agence nationale de rénovation urbaine (Anru).

A Valenciennes, Valls rend hommage à Borloo sur la rénovation urbaine

En déplacement dans la sous-préfecture du Nord, dont M. Borloo a longtemps été maire et député, le Premier ministre a salué un "véritable ingénieur de l’action publique".

"Rien, dans cette belle aventure, n’aurait été possible sans l’acharnement d’un homme. Un homme déterminé, convaincu, obnubilé même par l’efficacité de l’Etat. Un homme profondément engagé dans la lutte contre les inégalités et qui, dès sa nomination comme ministre chargé de la ville, en 2002, a arpenté la France, et notamment ses quartiers en difficultés", a dit M. Valls à la tribune en parlant de l’ancien ministre.

Quant à l’idée d’union ou de coalition nationale sur certains sujets, qui a les faveurs de plusieurs élus centristes, "j’aime bien cette idée", a lâché Manuel Valls, mais "sur des projets" et donc pas sur un gouvernement gauche-droite, s’est-il empressé de préciser.

Saluant le bilan de la politique de la Ville , le Premier ministre a également confirmé l’enveloppe de 5 milliards d’euros du deuxième plan national de renouvellement urbain (PNRU2) destiné à 200 quartiers.

"Parce que j’en suis l’élu, et parce que je suis Premier ministre, je veux dire à quel point les quartiers populaires sont une chance pour notre pays", a-t-il dit.

Mais Manuel Valls a aussi exprimé des réserves sur la politique de la Ville, en soulignant que "les processus de ségrégation sociale et ethnique sont toujours à l’œuvre" et que "les conditions de vie de près de 7 millions d’habitants des quartiers populaires ne se sont pas améliorées concrètement" sur fond de chômage élevé.

"Les difficultés s’y accumulent : difficultés scolaires, décrochage, problèmes de santé et d’accès aux soins, ou encore maitrise de la langue", a-t-il souligné.

"Pour dire les choses simplement : le terrain que nous avons gagné sur l’urbain avec l’ANRU, nous l’avons sans doute parfois perdu sur l’action humaine, en ne luttant pas assez efficacement contre les inégalités sociales et économiques", a-t-il déploré.

Le Premier ministre poursuivait ensuite sa visite dans le Nord à Lille, où il doit s’exprimer sur la réforme territoriale pour la convention nationale de l’intercommunalité, avant un déjeuner avec la maire de Lille, Martine Aubry.

Une question, un commentaire?

Réagir à cet article A Valenciennes, Valls rend : Publiez un commentaire ou posez votre question...

A lire également