Accession à la propriété : des prix encore trop élevés et des banques trop frileuses

©stock.adobe.com
Près de deux Français sur trois jugent difficile d’accéder à la propriété, et citent, parmi les principaux freins, des prix de l’immobilier trop élevés, des banques qui ne prêtent pas aisément et des frais de notaire importants, selon une étude.

Publié le , mis à jour le

Accession à la propriété : des prix encore trop élevés et des banques trop frileuses

A la question "Selon vous, est-il aujourd’hui facile de devenir propriétaire ?", près des deux tiers des personnes interrogées ont répondu par la négative, lors d’une enquête Ifop pour le courtier en crédit Cafpi publiée mercredi.

Cette proportion était quasiment la même (66%) un an plus tôt.

Plusd’un sondé sur deux (55%) a tout d’abord cité des "prix de l’immobilier trop chers" parmi les "principaux freins qui empêchent de devenir propriétaire", comme un an auparavant.

Ont ensuite été invoqués la difficulté de trouver un financement auprès d’une banque (40%), les frais liés à l’acquisition tels que les frais de notaire, de garantie, de dossier (37%) et le "manque de confiance en l’avenir" (35%), des résultats là encore quasi stables sur un an.

La difficulté de trouver un bien correspondant à ses attentes (20%), la nécessité de s’éloigner du lieu géographique souhaité pour trouver un prix plus abordable (15%) ou encore des aides publiques insuffisantes (13%), ont été plus rarement citées.

Parmi les personnes souhaitant acquérir un bien immobilier, une très forte majorité (84%) ont affirmé rechercher plutôt "un bien avec peu ou pas de travaux" à réaliser, que ce soit une maison (58%) ou un appartement (26%).

Une proportion similaire (85%) ont indiqué connaître le Prêt à taux zéro (PTZ), dispositif public d’aide à l’accession à la propriété, et l’ont jugé "incitatif" (82%).

Ce sondage aété réalisé sur internet du 27 mai au 2 juin, auprès d’un échantillon de 2.002 personnes âgées de 25 à 65 ans, représentatif de la population française.

Une question, un commentaire?

Réagir à cet article Accession à la propriété (...) : Publiez un commentaire ou posez votre question...

A lire également