Immobilier : les ménages d’Ile-de-France ont perdu du pouvoir d’achat

Publié le

La flambée des prix immobiliers dans les années 2000 a fait fondre le pouvoir d’achat des ménages d’Ile-de-France, en particulier celui des jeunes, divisé par trois, tandis que les plus âgés, déjà propriétaires, résistaient mieux, selon une étude.
Immobilier : les ménages d'Ile-de-France ont perdu du pouvoir d'achat
©stock.adobe.com

Immobilier : les ménages d’Ile-de-France ont perdu du pouvoir d’achat (étude)

Le pouvoir d’achat des ménages a diminué de façon "significative" et "générale", constate cette étude, réalisée sur 12 communes par l’université Paris-Dauphine et le Crédit Foncier et basée sur les données de l’étude patrimoine de l’INSEE, publiées en 1998, 2004 et 2010.

Selon ce "baromètre Capacim", le nombre de ménages en capacité d’acheter un bien immobilier correspondant à leurs besoins est passé, entre 1998 et 2010, de 49% à 34% à Vincennes, de 45% à 31% à Boulogne-Billancourt, de 75% à 56% à Argenteuil, de 61% à 48% à Créteil et de 71% à 57% à Evry. A Meaux, il est tombéà 58% contre 73% douze ans plus tôt, et à Cergy, à 59% contre 72%.

Une baisse de moindre ampleur a aussi été constatée à Fontainebleau (de 64% à 57%), Saint-Denis (73% à 62%), Massy (61% à 50%), Versailles (47% à 39%), Neuilly-sur-Seine (27% à 21%) sur les mêmes années.

En décembre, le premier volet de cette étude avait montré un recul encore plus fort dans la capitale, sur cette période : le nombre de ménages en mesure d’acheter un logement correspondant à leurs besoins y est tombé à 27% en 2010, contre 44% en 1998.

L’étude note aussi un accroissement des clivages entre générations.

Si en 2010, les deux tiers des quinquagénaires pouvaient acheter un bien correspondant à leurs besoins dans l’une des 12 communes d’Ile-de-France étudiées et la moitié (51%) à Paris —* souvent grâce à un patrimoine immobilier préexistant —, seul un tiers des 30-35 ans et moins d’un sur quatorze (7%) à Paris étaient dans la même situation.

Et si les plus de 65 ans n’ont perdu qu’un dixième de leur pouvoir d’achat immobilier et un quart à Paris, de 1998 à 2010, en revanche le pouvoir d’achat immobilier des 20-25 ans sur la période a été divisé par trois en moyenne, devenant quasiment nul à Paris (1%).

Ainsi "ceux qui ne sont pas devenus propriétaires avant la hausse des années 2000 ont de plus en plus de difficultés à le devenir", note l’étude.

Une question, un commentaire?

Réagir à cet article Immobilier : les ménages (...) : Publiez un commentaire ou posez votre question...

A lire également