Société foncière lyonnaise : léger repli des revenus locatifs au 1S

©stock.adobe.com
La Société foncière lyonnaise (SFL) a publié mercredi des revenus locatifs en très léger repli mais un résultat net en forte progression, au premier semestre.

Publié le  à 0 h 0

Société foncière lyonnaise : léger repli des revenus locatifs au 1S

Le bénéfice net part du groupe -* très fluctuant pour une foncière, car dépendant des fréquentes variations du portefeuille d’actifs, liées aux cessions et acquisitions -* a bondi à 139,5 millions d’euros au premier semestre, contre 82,2 millions d’euros sur les six premiers mois de 2013.

De janvier à juin, les revenus locatifs, équivalent du chiffre d’affaires pour une foncière, ont reculé de 1,07% à 73,8millions d’euros, contre 74,6 millions sur la même période un an plus tôt.

A périmètre constant, les loyers ont en revanche progressé de 3%, précise la foncière.

De son côté le résultat net récurrent Epra a reculé de 11,4% à 26,3 millions d’euros à fin juin, contre29,7 millions un an plus tôt.

Spécifique aux sociétés foncières, le résultat net récurrent Epra ne prend en compte ni les éléments exceptionnels, ni les variations de valorisation des actifs, qu’ils soient immobiliers ou financiers, pour refléter plus précisément leurs revenus dont sont déduites les charges.

Le patrimoine de SFL, composé de 18 immeubles -* principalement des bureaux situés dans la capitale -* a pris de la valeur : il est évalué à 4,08 milliards d’euros à fin juin, en hausse de 5,3% à périmètre constant, comparé à fin 2013.

"Dans un marché locatif toujours difficile, mais dont les volumes ont augmenté par rapport à 2013", SFL indique avoir commercialisé 16.000 m2 de surfaces au premier semestre et affiche à fin juin un taux d’occupation de 85,4%, contre 82% à fin décembre.

SFL rappelle avoir signé avec Eurosic, le 5 juin, un accord pour la cession de la totalité de sa participation de 29,6% au capital de SIIC de Paris pour 304,9 millions d’euros. Cette opération, finalisée le 23 juillet, dégagera une plus-value d’environ 8 millions d’euros au deuxième semestre, précise la société.

La foncière, qui n’a pas réalisé d’acquisition au premier semestre, a vu son endettement net s’alourdir légèrement à 1,54 milliard d’euros à fin juin, contre 1,45 milliard à fin décembre 2013. Le coût moyen de la dette est de 3,4%.

ref/smr/cj

Une question, un commentaire?

Réagir à cet article Société foncière lyonnaise : : Publiez un commentaire ou posez votre question...

A lire également