Banques : bénéfices nets 2018, banque par banque

Publié le , mis à jour le

Les banques continuent d’empiler les milliards d’euros de bénéfices. Certains s’étonnent encore que les banques fassent partie des entreprises payant le plus d’impôt... Il suffirait pourtant de consulter le montant de leurs bénéfices pour comprendre facilement. Leurs bénéfices se comptent en milliards d’euros, même les années boursières difficiles, comme en 2018.

Ce tableau est mis à jour au fil des publications des bénéfices des banques, au titre de l’année 2018.

BanquesBénéfices nets 2018 en milliards d’eurosÉvolution vs 2017
BNP Paribas
7.53
-3.00%
BPCE
3.30
+0.33%
Crédit Agricole Groupe
6.80
+4.70%
Crédit Mutuel Alliance Fédérale
2.70
+22.00%
Crédit Mutuel Arkéa
0.44
+2.10%
Société Générale
3.90
+37.70%
La Banque Postale
0.76
-5.00%
TOTAL
25.43
-

Le classement des banques par leur nombre de clients en France permet également de constater la performance de chacune d’entre elles. Le cumul du nombre de clients par groupe bancaire est également effectué.

Baisses des bénéfices, les raisons

Deux groupes bancaires seulement affichent des baisses de leurs bénéfices en 2018. Les conditions de marché ont été difficiles, essentiellement au dernier trimestre 2018, tous les actifs financiers (actions et obligations) plongeant de concert. Les activités trading des groupes bancaires ont subis des moins-values importantes en fin d’année.

  • BNP Paribas : Au quatrième trimestre, le PNB a reculé de 3,5 % à 10,2 milliards d’euros. Dans la banque de financement et d’investissement, les revenus ont baissé de 9,41 %. Dans la division Global Markets, les recettes ont chuté de 39,5 % à 650 millions d’euros. Les revenus issus du trading sur les marchés actions (Equity and Prime Services) ont plongé de 70 % à 145 millions d’euros.
  • La Banque Postale : même son de cloche à la banque publique. Les foudres baissières des marchés financiers sur le second semestre ont fait plongé les bénéfices de la banque et la faiblesse des taux ne permet pas de compenser ces pertes par une marge suffisante sur les crédits octroyés. La Banque Postale, avant sa probable fusion avec CNP Assurances, reste cependant en développement, mais envisage une réduction des postes. Le groupe devrait procéder dès 2019 à une augmentation de capital en convertissant les 800 millions d’euros.

Suppression de postes, Société Générale, BNP Paribas et La Banque Postale

Alors que la Société Générale et BNP Paribas ont déjà annoncé des probables réductions de postes, de son côté, La Banque Postale n’évoque pour le moment que des programmes d’économies. « On ne doit plus seulement maîtriser nos charges, mais on doit les faire baisser  », a averti Rémy Weber. « Bassin d’emplois par bassin d’emplois, nous allons regarder comment remplacer le moins possible nos effectifs qui partent en retraite », explique encore le patron, qui indique viser « plusieurs centaines de millions d’euros » de baisse de charges.

Une question, un commentaire?

Réagir à cet article Banques : bénéfices nets (...) : Publiez un commentaire ou posez votre question...

3 commentaires

Sur le même sujet

Offres de bienvenue des banques, vous aussi, percevez votre bonus !

Comment épargner sur ses frais bancaires ? De la théorie à la pratique

Epargnez sur vos frais bancaires !

A lire également