Néobanque : Revolut, rattrapée par la crise, ajuste son offre en conséquence

Revolut connaît ses premières réelles difficultés © FranceTransactions.com/Revolut
Alors que premières banques en ligne fêtent leur 20 ans en France, et, pour la plupart, ne sont toujours pas rentables, les néobanques, dont le modèle économique est encore plus délicat, commencent à souffrir terriblement de la crise sanitaire. Revolut en fait l’amère expérience, positionnée sur le secteur des frais réduits hors zone euro, alors que les conditions pour voyager sont restreintes.

Publié le

Annoncée le 15 juin dernier, la hausse des tarifs de Revolut est effective à compter du 12 août. Les clients de l’offre Métal subissent par ailleurs quelques ajustements des services proposés. Ces premiers ont été avertis par courriel. Ce n’est probablement qu’un début.

Revolut met un masque sur ses ambitions

Tout miser sur les tarifs concurrentiels pour les expatriés et voyageurs hors de la zone euro a ses limites, surtout quand les voyages sont interdits ou fortement restreints. Du coup, la néobanque d’origine britannique a réagit et a réduit son personnel, de quelques dizaines de personnes selon différentes sources de presse. Au final, le Brexit de la fin 2020 ne sera qu’un fait mineur face à la crise actuelle.

Proposer de l’or physique à ses clients Premium n’aura pas suffit. Le plan de développement aux USA s’avère encore plus délicat que prévu. En attendant, la néobanque tente de passer la crise, au mieux.

Le marché des néobanques est saturée d’offres et les barrières à l’entrée sont trop minces pour limiter les nouveaux arrivants. Bilan, certaines néobanques commencent à s’enfoncer sérieusement dans le rouge, et sont contraintes de revoir leurs ambitions. La concentration du marché a même du mal à se mettre en place.

Changement effectif des conditions générales au 12 août 2020

Les clients actifs au quotidien sont passés de 1,3 million le 1er février à 0,9 million le 28 mars, selon les documents de l’entreprise consultés par Wired.

  • Des frais sont ajoutés en cas de dépassement de la limite de change mensuelle. Cette limite de change est rabaissée à 1 000 € par mois (limite qui n’est pratiquement jamais dépassée selon nos études). Au-delà de cette limite, les frais sont de 0,5 %.
  • Si les taux de change interbancaire restent identiques les jours de semaine, les week-ends, les majorations de prix augmenteront de 0,5 % à 1 % pour les principales devises.
  • Pour les virements vers un compte dans un autre pays que celui du client, le premier paiement de chaque mois reste gratuit et, par la suite, des frais de 0.5 € seront appliqués par virement.
  • En cas de virement vers un pays dans une devise différente de sa devise nationale, des frais seront appliqués, de 3 € pour des virements en USD et de 5 € pour les virements hors USD.

Le virement instantané en euros (gratuit), tout un service de remises sur de grandes marques (cashback commercial) a été ajouté.

Pour les clients Metal, Revolut a décidé de supprimer son service de conciergerie et des avantages en voyage (de fait, devenu superflu en cette période de déplacements limités).

Comme la loi l’impose, suite à ces changements de conditions générales, si le client ne désire pas y adhérer, la clôture du compte Revolut s’effectue sans frais.

Une question, un commentaire?

Réagir à cet article Néobanque : Revolut, rattrapée : Publiez un commentaire ou posez votre question...

1 commentaire

  • Client Métal et très enthousiaste vu les annonces alléchantes de cette "banque", j’ai du vite déchanter.La moitié de mon temps je travaille en Europe, comme saisonnier dans l’hôtellerie, le reste de temps, en inter-saison je voyage.Tout d’abord – les taux de change. J’ai vite vu que les taux Revolut étaient plus chers que les bureaux de change dans la rue. La promesse de « meilleurs taux » ne se réalisait pas.Finalement, un jour, je reçois un message "nous avons bloqué votre compte pour raison de sécurité". Ah bon ? Pourquoi ça ? « Securité » de quoi et de qui ?!Les questions ont commencé d’arriver - « et ceci et cela », comme ça se fait, vous avez utilisé votre carte en Birmanie, ensuite en Thaïlande, au Cambodge et maintenant on voit des opérations en Autriche... vous faites quoi, au juste avec votre carte ?" Je réponds : "oui, tout à fait. Je voyage et je paie avec cette carte, soi-disant elle est faite pour cela, alors ou il y a un problème ?". "Et votre argent ca vient d’où, et vous dépenses pour quoi faire... etc. etc."J’ai envoyé (encore une fois...) l’image de mon passeport, copies des fiches de salaires, même les extraits du compte bancaire (!), avec détails, pour qu’ils voient que je n’ai pas d’autres sources de revenu que le salaire. Effet - zéro. Mon compte restait toujours bloqué.Le covid est arrivé et avec lui la chute des bourses. Client Métal, j’avais une portefeuille des actions chez eux - pas possible d’accéder à mon compte, vendre les actions avant que cela soit trop tard. Mes plusieurs mails, messages au "service clientèle", lettres ordinaires et recommandées, sons restées lettre morte - aucun effet. Compte bloquée, impossible de rien faire.Là, j’ai commencé à m’inquiéter.J’ai cherché sur l’Internet. J’ai trouvé des plaintes des milliers des clients aux qui est arrivée la même chose : compte bloquée, salaire inaccessible, pas possible de payer les loyers ou la nourriture... Certains optimistes ont même mis l’argent de leur entreprise sur Revolut : même resultat, compte bloquée, impossible de payer les salaires... une horreur !Tout en insistant tous les jours, j’ai saisi le service de contentieux de la Commission Européenne et l’Ombudsman anglais. C’est long et - sans effet, non plus. Les plaintes ont été acceptées, mais ces organismes n’ont aucune possibilité de faire quoi que ce soit.Finalement, et après 4 mois, il y en a un qui a réagi. Visiblement agacé, il m’a annoncé qu’ils ont vendu ma portefeuille de bourse et qu’ils vont m’ouvrir l’accès pendant quelques heures pour que je puisse faire le retrait de fonds. Ça a duré 1/2 journée. Je n’ai reçu aucun état ni décompte de prix de vente de mes actions. Sur mon estimation de 900€ de gains, je n’ai récupéré que 300 – le reste a mystérieusement disparu. Les procédures de retrait bloquaient, aussi. Finalement, ils ont fait les virements eux-mêmes, en 2 temps. Va savoir pourquoi ? Leur banque ne leur permet pas de sortir plus d’argent en une seule fois ?Résultat de ce désastre : j’ai été privé de mon argent pendant 4 mois. J’ai fait une grosse perte à la bourse, étant privé d’accès. Je n’ai reçu aucun état ni relevé du compte comme le prévoit la loi britannique. Et, la procédure devant Ombudsman est toujours en cours, depuis 8 mois bientôt – aucun effet. Il est difficile d’envisager pire. Mais, en fait, ce Revolut n’est pas une banque… Tout s’explique...

    Répondre à ce message

Sur le même sujet

Offres de bienvenue des banques, vous aussi, percevez votre bonus !

Comment épargner sur ses frais bancaires ? De la théorie à la pratique

Epargnez sur vos frais bancaires !

A lire également