Notifications FranceTransactions.com
Pour ne rien rater de l'actualité des placements épargne, inscrivez-vous à nos notifications.

Hydrogène blanc : les premiers permis d’exploration accordés en France dans les Pyrénées

Le gouvernement a annoncé dimanche qu’il donnait son feu vert au projet de recherches d’hydrogène blanc dans les Pyrénées-Atlantiques.

Hydrogène blanc : la France commence à explorer... © stock.adobe.com

Publié le
Annonce

🎁 Trade Republic : 4 % de rémunération de vos liquidités, bonus de bienvenue

Trade Republic : 4 % brut de rémunération sur vos liquidités non investies en bourse. Aucune obligation d’investir. Offre de parrainage Trade Republic. Investir, dépenser et épargner, avec la nouvelle Carte Trade Republic. Mon code T34QSS9C à utiliser pour obtenir votre bonus de bienvenue.

Hydrogène blanc

C’est une première en France. Le gouvernement a annoncé dimanche qu’il donnait son feu vert au projet de recherches d’hydrogène dit « blanc », dans les Pyrénées-Atlantiques. Le combustible, naturellement présent dans le sous-sol, a un intérêt croissant pour la décarbonation de l’industrie et des transports. Annoncé dimanche dans le Journal officiel, ce « permis exclusif de recherches de mines d’hydrogène natif, hélium et substances connexes dit Sauve Terre H2  », précise l’arrêté du 23 novembre, signé par la ministre de la Transition énergétique et le ministre délégué à l’Industrie. Il a été accordé à la société TBH2 Aquitaine pour 5 ans, et concernera une zone de 225 km² environ, qui s’étend des environs de Sauveterre-de-Béarn jusqu’à Navarrenx, ainsi qu’en Soule.

«  Si l’hydrogène natif existe réellement en abondance et est une ressource disponible, c’est une excellente nouvelle. Nous aurions tort de fermer cette porte  », confiait en juin aux « Echos » un porte-parole du cabinet d’Agnès Pannier-Runacher, la ministre de la Transition écologique.

Plusieurs demandes de permis en attente

Outre TBH2 Aquitaine, d’autres entreprises se sont engouffrées dans la brèche. Parmi elles, la start-up 45-8 Energy, qui a déposé en mars dernier, conjointement avec Storengy (filiale d’Engie spécialisée dans le stockage souterrain de gaz naturel), une demande de permis de recherches dans les Pyrénées-Atlantiques. Les autres demandes aujourd’hui à l’instruction ont été déposées en Auvergne-Rhône-Alpes (dans l’Ain et le Puy-de-Dôme) par la société Sudmine, une start-up dédiée à « l’exploration responsable » des ressources naturelles. L’exploitant gazier Française de l’Energie (FDE) a également demandé un permis de recherche portant sur une surface de 2.254 km2 en Moselle et en Meurthe-et-Moselle . Une demande faite après la découverte fortuite d’un immense gisement d’hydrogène naturel dans l’ancien bassin houiller lorrain.

Une ressource économiquement exploitable

Si cet hydrogène natif attire aujourd’hui, c’est parce qu’il présente de multiples avantages par rapport aux autres types d’hydrogène. Alors que le « gris » est fabriqué à partir d’énergies fossiles, l’hydrogène « blanc » se génère quotidiennement et naturellement dans le sous-sol grâce aux interactions entre l’eau et les roches. Il est donc naturellement bas carbone. Son coût estimé, sur la phase industrielle, est aussi imbattable : en dessous de l’euro voire du demi-euro par kilo, contre environ 10 euros le kilo, subventions incluses, pour l’hydrogène vert avec électrolyse. Un faible « cash cost » confirmé par la société canadienne Hydroma qui pilote le seul gisement exploité à ce jour dans le monde, à Bourakébougou, au Mali.

Considéré jusqu’ici comme une curiosité géologique, l’hydrogène blanc est désormais vu comme une potentielle ressource gazière exploitable. Les ressources mondiales ne sont pas encore clairement définies mais d’après les premières recherches, elles seraient de l’ordre de 23 millions de tonnes par an, voire plus. En France, plusieurs régions seraient particulièrement bien loties, notamment la Nouvelle-Aquitaine et le Grand Est.

Rien de concret avant 7 à 10 ans

Il faudra toutefois se montrer patient avant d’imaginer la France comme puissance productrice d’hydrogène blanc. D’autres pays - dont l’Australie et les Etats-Unis - sont lancés dans la course et prennent une longueur d’avance. Dans un pays comme la France, il peut s’écouler sept à dix ans entre le moment où une entreprise dépose une demande de permis d’exploration et celui où le site entre en production.

Sélection des 3 meilleures offres auprès des courtiers en ligne

TOPOFFRESDÉTAILSEN SAVOIR +
🥇 1TRADE REPUBLICTRADE REPUBLIC Frais réduits à 1 € fixe par transaction !👉 EN SAVOIR PLUS
🥈 2YOMONI PEA/CTOYOMONI PEA/CTO Jusqu'à 500€ offerts. 👉 EN SAVOIR PLUS
🥉 3FREEDOM FINANCEFREEDOM24 0% de commission les 30 premiers jours sur Freedom24 + Obtenez 2.5% brut (€) ou 3% brut ($) sur votre solde non investi (placé sur le Compte D).👉 EN SAVOIR PLUS
Les offres promotionnelles sont soumises à conditions.

📧 Newsletter FranceTransactions.com

👉 Abonnez vous à notre lettre quotidienne. Plus de 90.000 lecteurs font confiance à la newsletter de FranceTransactions.com pour mieux être informés sur l’épargne et les placements. Lettre gratuite, sans engagement, sans spam, dont le lien de désabonnement est présent sur chaque envoi en bas du courriel. Recevez tous les jours, dès 9 heures du matin, les infos qui comptent pour votre épargne.

Une question, un commentaire?

💬 Réagir à cet article Hydrogène blanc : les premiers Publiez votre commentaire ou posez votre question...

Sur le même sujet

Hydrogène blanc : à lire également