Bourse : plus haut, toujours plus haut. La spéculation au bout de la seringue.

Bourse © stock.adobe.com
La Bourse de Paris a gagné 0,42% mardi, profitant de l’élan insufflé par un plan de relance américain et dans la perspective d’une campagne de vaccination massive contre le Covid-19.

Publié le

Publicité

OFFRE BOURSE DEGIRO

Notifications FranceTransactions.com
Pour ne rien rater de l'actualité des placements épargne, inscrivez-vous à nos notifications.

La Bourse de Paris aborde la fin d’année avec apaisement (+0,42%)

L’indice CAC 40 a avancé de 23,41 points pour terminer la séance à 5.611,79 points.

Wall Street de son côté poursuivait sa hausse au lendemain de records : le Dow Jones prenait 0,01%, le NASDAQ 0,55% et le S&P 500 0,11%.

Après avoir subi des plongeons historiques cette année au moment de l’éclatement de la pandémie de Covid-19, l’indice CAC 40 va terminer sur une baisse annuelle de quelque 6%, au sixième rang des plus fortes chutes en vingt ans.

Mais ce recul aurait pu être bien plus massif sans une épique remontée depuis novembre, après l’annonce de plusieurs vaccins efficaces contre le Covid-19.

Ces annonces ont abouti, après le feu vert des autorités réglementaires, à un début de vaccination aux quatre coins du monde.

Ces jours-ci, c’est davantage la validation par Donald Trump d’un plan de relance et un accord sur le Brexit qui ont servi de carburants aux indices boursiers, commente auprès de l’AFP Daniel Larrouturou, gérant pour la société Dôm Finance.

De plus, "nous sommes sur un mouvement général d’optimisme qui consiste à penser que l’anprochain, avec la relance économique et les vaccins, nous connaîtrons un rebond significatif de l’activité économique et des résultats d’entreprises", décrypte l’expert.

Concernant la relance américaine à plusieurs centaines de milliards de dollars, un vote des sénateurs au Congrès est très attendu concernant l’éventuelle adoption d’une prime pour les Américains de 600 dollars à 2.000 dollars, après un scrutin positif en ce sens à la chambre des Représentants.

Autre avancée favorable aux investisseurs : la Chine et l’Union européenne semblent proches d’un compromis concernant un accord de protection réciproque des investissements, qui couronnerait sept années de discussions entre les deux puissances économiques.

Le luxe poursuit son mouvement haussier

La perspective d’un accord entre l’Europe et Pékin a profité au secteur du luxe, pour qui la Chine est un marché très important. Kering a progressé de 1,07% à 577,50 euros, Hermès de 1,54% à 882,60 euros et LVMH de 1,75% à 512,80 euros. L’Oréal a avancé de 1,00% à 312,20 euros.

Akka Technologie veut tailler dans ses effectifs

Le groupe d’ingénierie français envisage de supprimer 900 emplois, "principalement dans la région Occitanie" en raison de la crise économique due à la pandémie.

Prismaflex se désengage de sa filiale américaine

Le groupe a reculé de 0,87% à 6,86 euros après avoir annoncé son désengagement de sa filiale américaine Anthem Displays, qui fabrique des panneaux d’affichage numériques, trois ans après être monté à son capital.

Une question, un commentaire?

Réagir à cet article Bourse : plus haut, toujours : Publiez un commentaire ou posez votre question...

A lire également