Le CAC 40 signe une hausse de +2.01% sur la semaine, bien joué !

Bourse © stock.adobe.com
La Bourse de Paris a atteint l’équilibre dans les dernières minutes de la séance vendredi après une journée très animée, entre la contamination au Covid-19 de Donald Trump et les chiffres en demi-teinte de l’emploi aux États-Unis.

Publié le

Publicité

OFFRE BOURSE DEGIRO

La Bourse de Paris, ballotée par des vents contraires, résiste

Le CAC 40 a grappillé 0,84 points à 4.824,88 points dans un volume d’échangesde 2,7 milliards d’euros. Sur la semaine, l’indice parisien a progressé de 2,01%, mais la semaine précédente avait été marquée par une chute de 5%. Sur l’année, il est en repli de 19,29%. Malgré des "vents contraires", les indices "ont bien résisté" ce vendredi, estime Andrea Tueni, analyste à Saxo Banque.

Les marchés ont connu beaucoup de mauvaises surprises.

Avant l’ouverture, le président américain Donald Trump a annoncé être positif au Covid-19, augmentant encore l’incertitude autour de la politique américaine à un mois de l’élection présidentielle. Dans l’après-midi, le rapport sur l’emploi américain a été "décevant", juge aussi M. Tueni. Si le taux de chômage a encore baissé, pour atteindre 7,9%, les créations de postes ont nettement diminué en septembre.
"C’est la baisse du taux de participation [au marché de l’emploi] qui explique en majeure partie la baisse du taux de chômage", analyse John Plassard, spécialiste de l’investissement chez Mirabaud.

Enfin en zone euro, les prix ont baissé en septembre de 0,3%, le deuxième mois de déflation de suite. "Ce n’est très clairement pas un bon chiffre dans une période où les investisseurs veulent limiter leurs risques", estime Andrea Tueni.

Le CAC 40 tient bon

La cote parisienne a toutefois bien résisté, après une ouverture en baisse de plus de 1%, remontant ensuite au niveau des 4.800 points au moment de l’ouverture des marchés américains.Elle s’est encore accélérée à la clôture pour revenir à l’équilibre.
Les investisseurs ontégalement vu que la confiance des consommateurs américains en septembre est remontée au plus haut depuis le confinement décidé il y a six mois par les États.
Cette séance a encore souligné la nervosité croissante des marchés depuis deux semaines.
"Octobre pourrait s’avérer très volatil, car les fonds de placement et plus particulièrement les +hedge funds+ souhaiteront sécuriser leurs performances de l’année avant l’élection américaine du 3 novembre prochain", rappelle aussi Peter De Coensel, responsable obligations chez Degroof.
Les opérateurstélécoms résistaient au marasme après le résultat de l’attribution de fréquences 5G en France : Orange, qui a remporté la majeure partie des fréquences, a pris 1,80% à 8,84 euros, Iliad s’est arrogé 2,60% à 162,05 euros et Bouygues 1,10% à 29,29 euros.

L’or noir continue de chuter...

Les prix de l’or noir étaient comme la veille en forte baisse vendredi, jusqu’à perdre brièvement 5%, pesant sur les valeurs pétrolières. TOTAL a limité la casse avec une perte de 0,98% à 28,21 euros tandis que CGG a cédé 0,50% à 0,56 euros.
Largardère a terminé en baisse de 4,33% à 23,40 euros.Une consolidation limitée par rapport à l’augmentation de 53,85% depuis la clôture du 24 septembre et l’entrée au capital du milliardaire Bernard Arnault, patron de LVMH et soutien d’Arnaud Lagardère.

Le géant des médias Vivendi, en conflit avec la gérance du groupe Lagardère dont il est le premier actionnaire, a assuré vendredi être "en mesure" d’acquérir les actions de son allié Amber Capital, "en assumant" ensuite son obligation de dépôt d’offre publique. La veille, il avait annoncé détenir 26,7% du capital et 20,2% des droits de vote.

Une question, un commentaire?

Réagir à cet article Le CAC 40 signe une hausse de : Publiez un commentaire ou posez votre question...

A lire également