Valeurs bancaires et pétrolières tirent le CAC 40 encore un peu plus vers le haut

Bourse © stock.adobe.com
La Bourse de Paris a entamé décembre sur les chapeaux de roue, clôturant mardi en hausse de 1,14% dans un contexte jugé favorable par les investisseurs.

Publié le

Publicité

OFFRE BOURSE DEGIRO

Notifications FranceTransactions.com
Pour ne rien rater de l'actualité des placements épargne, inscrivez-vous à nos notifications.

La Bourse de Paris entame décembre avec optimisme

L’indice CAC 40 a pris 63,09 points pour terminer la séance à 5.581,64 points. La veille, il avait perdu 1,42%. "Le CAC rebondit après sa baisse purement technique de la veille", sous l’influence des valeurs les plus exposées à l’activité dont les bancaires, les automobiles et les pétrolières, indique à l’AFP Daniel Larrourou, gérant actions de Dôm Finance.

Ce n’est plus de l’optimisme, c’est une bulle... Les niveaux d’avant crise déjà atteints

La tendance est marquée par "l’optimisme des investisseurs quant àla capacité de rebond économique dès le début de l’année prochaine", une fois que les campagnes de vaccination commenceront, ajoute l’expert. L’Agence européenne des médicaments a annoncé mardi qu’elle tiendrait une réunion extraordinaire le 29 décembre "au plus tard" pour donner, ou pas, son feu vert à la commercialisation du vaccin contre le Covid-19 développé par l’allemand BioNTech et l’américain Pfizer.
Même si l’horizon se dégage grâce aux espoirs de vaccins, l’OCDE a revu à la baisse mardi sa prévision de croissance mondiale en 2021 et appelé les gouvernants à prendre à bras le corps le sujet du chômage des jeunes. "Peut-être que le rallye de fin d’année a déjà commencé", et en tous cas, "le mois de novembre restera comme un des meilleurs mois de l’histoire du CAC 40", avec un gain de plus de 20%, fait valoir M. Larrouturou.

USA

A la perspective d’un déclin de la pandémie et d’un rebond de l’activité s’ajoute le soutien des politiques à la fois budgétaires et monétaires. A ce titre, "la confirmation de la nomination de Janet Yellen à la tête du Trésor de la nouvelle administration Biden est interprétée comme un point tout à fait favorable, comme permettant une synchronisation des politiques budgétaire et monétaire très positive pour les marchés", note M. Larrouturou. Autre signe encourageant, un petit groupe de parlementaires démocrates et républicains a proposé mardi un plan de relance économique de 908 milliards de dollars pour apporter un soutien indispensable à l’économie américaine qui faiblit avec la résurgence de la pandémie. Pour l’heure, le paquet d’aides n’a pas l’aval de la Maison-Blanche, mais la reprise des négociations estle signe que des élus des deux partis veulent avancer sur ce dossier bloqué depuis l’été. Pour la première fois depuis le scrutin américain du 3 novembre, la présidente démocrate de la Chambre des représentants Nancy Pelosi et le secrétaire au Trésor Steven Mnuchin doivent s’entretenir par téléphone mardi pour évoquer une future loi budgétaire, mais aussi des mesures pour lutter contre les effets de la pandémie.

Rebond des valeurs bancaires et pétrolières

Côté valeurs, le secteur bancaire est remonté après avoir souffert la veille :Société Générale a rebondi de 5,15% à 17,55 euros, Crédit Agricole de 5,49% à 10,21 euros et BNP Paribas de 2,89% à 44,21 euros. Le secteur pétrolier est également reparti del’avant tandis que les membres de l’Opep poursuivaient leurs discussions après avoir annoncé le report à jeudi de la réunion Opep+ prévue ce 1er décembre. Total a fini en hausse de 1,41% à 36,33 euros.

Ascension des foncières

Les foncières ont connu une belle ascension, à l’instar d’URW (+5,41% à 62,72 euros) et Icade (+5,73% à 65,50 euros).

L’informatiqueà la peine

En revanche, le secteur informatique a fermé la marche du CAC 40. Atos a notamment perdu 1,51% à 75,72 euros et Worldline 0,98% à 76,74 euros.

Une question, un commentaire?

Réagir à cet article Valeurs bancaires et pétrolièr : Publiez un commentaire ou posez votre question...

A lire également