Bourse : les statistiques économiques concernant la France sont toujours aussi lapidaires

Bourse © stock.adobe.com
La Bourse de Paris évoluait en baisse de 0,15% après les premiers échanges jeudi, sans impulsion avant la publication des indicateurs de l’activité dans les services des pays européens. L’indice des PMI Services pour la France ressort à 38.8, un des plus mauvais de la zone Euro.

Publié le

Publicité

OFFRE BOURSE DEGIRO

La Bourse de Paris penche légèrement dans le rouge

L’indice CAC 40 perdait 8,26 points à 5.574,75 points vers 9H20 . La veille, il avait grignoté 0,02%. Après l’activité manufacturière mardi, les investisseurs vont notamment prendre connaissance des indices d’activité des services pour novembre dans le monde tout au long de la journée. Comme pour l’industrie, la Chine a ouvert le bal avec un feu d’artifice : l’activité dans les services a encore flambé et s’inscrit à son plus haut niveau depuis 10 ans, exception faite de juin dernier.

A l’inverse, très affectés par les reconfinements, les services en Europe sont attendus en forte contraction. "Que l’on raisonne au niveau des pays ou des secteurs,la façon de traverser à la fois la période de pandémie et celle de reflux est très différente d’un cas à l’autre", prévient Hervé Goulletquer, stratégiste de La Banque Postale AM.

Aux Etats-Unis, la réserve fédérale américaine a prévenu mercredi que le ralentissement économique a gagné du terrain dans son enquête régulière, dite "Livre beige", tandis que l’épidémie est toujours à un niveau élevé. Les marchés attendent donc encore un plan de relance du Congrès américain, tandis que les discussions ont repris cette semaine pour la première foisdepuis l’élection présidentielle début novembre.

Mercredi, "ils se sont laissé convaincre par le rebond des taux aux Etats-Unis, sans doute car le Congrès a de nouveau bougé sur la question du plan de relance", décrit Tangi le Liboux, analyste d’Aurel BCG.
Mais la perspective des élections sénatoriales en Géorgie, qui peut faire basculer la couleur de la chambre, reste un obstacle majeur à la conclusion d’un accord, de même que "la dizaine de jours +utiles+ pour créer un compromis", nuance M. Goulletquer.

Sur le plan monétaire, la force de l’euro,qui se négocie au-dessus de 1,20 dollar, est aussi un frein pour les places continentales car elle renchérit le prix des actions pour les investisseurs américains.
Du côté des valeurs, TOTAL se repliait de 1,66% à 36,10 euros, les investisseurs étant nerveux avant la poursuite jeudi de la réunion des membres de l’Organisation des pays exportateurs de pétrole (Opep) ainsi que leurs alliés de l’Opep+ pour s’accorder sur l’avenir à très court terme de leur politique de coupe de production d’or noir.
EDF, dont la recommandation a été relevée à "superformer" parle cabinet d’analystes Bernstein progressait de 0,58% à 12,96 euros.
Hermès se plaçait tout en haut du CAC 40 avec une hausse de 1,57% à 840,20 euros.

Une question, un commentaire?

Réagir à cet article Bourse : les statistiques (...) : Publiez un commentaire ou posez votre question...

A lire également