Les investisseurs prudents avant la BCE, le CAC 40 en baisse légère (-0,31%)

La Bourse de Paris était sur ses gardes jeudi matin (-0,31%) en attendant les conclusions de la réunion de politique monétaire de la Banque centrale européenne et de ses prévisions économiques.
CAC40
Bourse © stock.adobe.com

Publié le

La Bourse de Paris prudente avant la BCE (-0,31%)

A 09H49 , l’indice CAC 40 cédait 15,54 points à 5.006,84 points. La veille, il a fini en nette hausse (+3,36%). "La Banque centrale européenne devrait augmenter son programme d’achats d’urgence face à la pandémie (PEPP) d’au moins 500 milliards d’euros afin d’être en mesure de tenir son engagement d’absorber la dette souveraine émise pour faire face à la crise du coronavirus enzone euro", indique Christopher Dembik, responsable de la recherche économique chez Saxo Banque
Il y a une semaine, l’exécutif européen a proposé un plan de relance de 750 milliards d’euros pour racheter des obligations publiques et privées. "Le risque le plus important estque la BCE fasse des annonces plus timorées qu’attendu, étant donné qu’elle doit être prudente après l’arrêt récent de la Cour constitutionnelle allemande", souligne de son côté Michael Hewson, analyste chez CMC Markets.

"Certains membres du Conseil des gouverneurs ont émis desréserves sur le fait que la BCE essaye d’en faire trop, trop vite. Cela pourrait signifier que la BCE adopte la prudence en étendant son programme actuel au delà d’octobre et attende de voir s’il est nécessaire d’engager de plus gros montants", complète-t-il. Début mai, la Cour de Karlsruhe, saisie par des requérants eurosceptiques, a sommé la BCE de justifier ses rachats de dette publique, et refusé de se plier à la décision de la Cour de justice de l’UE qui validait ce programme. Nul doute que Christine Lagarde, la présidente de la BCE, sera interrogée sur les conséquences du jugement rendu par la Cour de Karlsruhe lors de sa conférence de presse dans l’après-midi.

Ses commentaires sur la conjoncture seront particulièrement surveillés pour en savoir plus sur l’ampleur et la durée de la crise engendrée par la pandémie de Covid-19. Les marchés actions estiment qu’un redémarrage assez dynamique de l’économie est possible dans les pays où le déconfinement est à l’œuvre. Ils sont également soutenus par les mesures d’aide mises en place par les pouvoirs publics et les banques centrales. "Depuis le début dela semaine, L’Europe +surperforme+, dans l’espoir d’une hausse de la taille de l’enveloppe du programme de rachats d’actifs (QE)", note Tangi Le Liboux, analyste chez Aurel BGC.

Pour contrer les effets négatifs du coronavirus, la chancelière Angela Merkel a annoncé mercredi un plan derelance de 130 milliards d’euros pour les années 2020 et 2021 destiné à stimuler l’économie allemande durement frappée par la pandémie de Covid-19.

  • Rémy Cointreau grimpait de 6,26% à 118,80 euros, se montrant confiant pour le trimestre en cours en dépit d’une chute de 28,8% de son bénéfice net pour son exercice décalé 2019/2020.
  • TOTAL perdait 1,07% à 36,04 euros après avoir annoncé qu’il allait acquérir une participation de51% dans un gigantesque projet de parc éolien offshore en Écosse, un "changement d’échelle" pour le géant pétrolier dans ce secteur.
  • LVMH s’effritait de 0,37% à 392 euros. Le groupe a indiqué jeudi qu’il n’envisageait pas d’acheter des actions du joaillier américain Tiffany sur lemarché, à la suite de rumeurs générées par une baisse du cours.
  • EDF dévissait de 1,23% à 8,48 euros en raison de la réalisation d’inspections poussées à la suite de problèmes de soupapes détectés sur l’EPR construit par Areva en Finlande, sans que toutefois de problème soitconstaté à ce stade sur ses propres réacteurs, selon un porte-parole.

Une question, un commentaire?

Réagir à cet article Les investisseurs prudents : Publiez un commentaire ou posez votre question...

A lire également