L’accord de relance américain dirige le CAC40, l’attente est longue (-0,54%)

Bourse © stock.adobe.com
La Bourse de Parisévoluait en baisse de 0,54% lors de premiers échanges sans incident technique mardi, jour limite fixé par la démocrate Nancy Pelosi pour s’entendre avec l’administration présidentielle et les républicains sur un plan de relance aux Etats-Unis.

Publié le

Publicité

OFFRE BOURSE DEGIRO

La Bourse de Paris prudente sur un accord de relance américain (-0,54%)

L’indice CAC 40 perdait 27,1 points à 4.915,46 points à 09H20. La veille, il avait clôturé en hausse de 0,14% à l’issue d’une séance chaotique, marquée notamment par une interruption de trois heures en matinée.

"Cela fait exactement 91 jours que les premières négociations ont été amorcées entre le secrétaire au Trésor Steven Mnuchin et la responsable des démocrates au Congrès Nancy Pelosi aux Etats-Unis pour parvenir à un accord sur un plan de relance dont nous ne voyons toujours pas les premiers aboutissements", ont comptabilisé les analystes de Saxo Banque.

Les différends entre démocrates et républicains ont été amplifiés par l’approche de l’élection présidentielle du 3 novembre. Les marchés s’ajustent depuis aux rebondissements autour des négociations, marquées par plusieurs volte-face du président Donald Trump.

La cote parisienne résistait mieux queles marchés de Wall Street, où l’indice vedette, le Dow Jones, a cédé 1,44% et le Nasdaq, à forte coloration technologique, a lâché 1,65% lundi.

"Les investisseurs espèrent toujours un accord bipartisan dans les dernières heures de la négociation", estime Tangi le Liboux, analyste du courtier Aurel BGC.

Les divergences entre démocrates et républicains sur ce plan "continuent à se réduire", a assuré lundi soir un porte-parole de Nancy Pelosi, la responsable des démocrates au Congrès.

Le deuxième facteur important des marchés est "la progressiondu nombre de cas de coronavirus et de restrictions en Europe", selon John Plassard, spécialiste de l’investissement chez Mirabaud.

En Irlande, l’ensemble de la population sera reconfinée à partir de la nuit de mercredi à jeudi et pour six semaines, a annoncé tard lundi son Premier ministre, Micheal Martin.

"Les investisseurs redoutent qu’il puisse y avoir les mêmes couvre-feux par exemple aux États-Unis dans quelques semaines", ajoute M. Plassard, car les contaminations progressent de nouveau dans le pays.

Du côté des valeurs, les titres de la technologie étaient en hausse, au jour de la publication de résultats d’entreprises du secteur aux États-Unis, notamment Netflix. Capgemini gagnait 0,68% à 111,05 euros, Teleperformance 0,92% à 275,60 euros.

La publication des résultats trimestriels de Sartorius Stedim Biotech a été bienaccueillie (+4,97% à 325 euros), contrairement à celle du groupe de spiritueux Remy Cointreau (-1,27% à 154,40 euros).

La panne connue lundi par Euronext ne perturbait par le titre, qui progressait de 0,25% à 99,35 euros.

Une question, un commentaire?

Réagir à cet article L'accord de relance (...) : Publiez un commentaire ou posez votre question...

A lire également