Les places boursières toujours en berne en Europe, soupe à la grimace du confinement

Bourse © stock.adobe.com
La Bourse de Paris évoluait en baisse de 0,50% vendredi lors des premiers échanges, toujours plombée par les perspectives économiques moroses du quatrième trimestre alors que l’Europe durcit ses restrictions face à la deuxième vague de la pandémie.

Publié le

Publicité

OFFRE BOURSE DEGIRO

La Bourse de Paris toujours sonnée par le confinement (-0,50%)

A 09H20, l’indice CAC 40 perdait 23,01 points à 4.546,66 points. Jeudi, il n’avait pas réussi à rebondir, perdant 0,03% à 4.569,67 points. La crise sanitaire pèse toujours autant sur les marchés.
Pour faire face à la nouvelle vague de contaminations en Europe, les Etats ont pris des remèdes similaires à ceux du mois demars, avec la fermeture des commerces non-essentiels et, dans certains pays comme la France dès vendredi, un nouveau confinement. "Au vu des reconfinements européens, le mois de novembre sera mauvais et le mois de décembre incertain. Il en résultera de mauvais chiffres pour le quatrième trimestre", avancent les analystes de Saxo Banque.

Le reconfinement va provoquer une chute de l’activité économique de près de 15%, a déjà estimé jeudi soir Bruno Le Maire. Le gouvernement français table désormais sur une récession de 11% en 2020, a complété le ministre de l’Economie vendredi. "La séance sera piégeuse" estime Tangi le Liboux, analyste du courtier Aurel BGC. "Les investisseurs pourraient prendre quelques précautions" avant une semaine prochaine forcément agitée avec l’élection présidentielle américaine.
Cette séance est aussi la dernière de la semaine et du mois, ce qui pourrait pousser à des arbitrages. Les marchés sont également sous la pression des valeurs technologiques américaines, qui ont dévoilé leur résultats jeudi.

Ceux-ci étaient "bons", juge M. Le Liboux mais "les valorisations sont exigeantes et certains investisseurs commencent à s’interroger sur la soutenabilité des taux de croissance affichés jusqu’à présent", nuance le spécialiste. Jeudi, la Banque centrale européenne a préparé les esprits à une intervention à l’issue de sa prochaine réunion, prévue début décembre. "Il devrait y avoir d’importantes annonces", confirment les analystes de Saxo Banque, qui attendent notamment une augmentation de 500 milliards d’euros du programme d’urgence PEPP, actuellement d’un montant de 1350 milliards d’euros.

Du côté des valeurs, Saint-Gobain, qui a relevé ses prévisions pour 2020 "hors impact majeur nouveau de la récente dégradation sanitaire", était salué, le titre montant de 3,34% à 33,07 euros. TOTAL montait de 1,07% à 25,40 euros après ses résultats. A l’inverse, Ubisoft perdait 6,81% à 76,50 euros et Air France 4,28 à 2,66 euros après leurs publications. Après les résultats des géants américains, les valeurs technologiques françaises occupaient le bas de l’indice comme STMicroelectronics , Capgemini (-1,52% à 97,08 euros) ou encore Atos (-1,88% à 56,50 euros).

Une question, un commentaire?

Réagir à cet article Les places boursières toujours : Publiez un commentaire ou posez votre question...

A lire également