Fiscalité : la contrebande de cigarettes sur Internet induit un manque à gagner de 400 millions d’euros à l’Etat par an

Publié le

La vente de tabac sur le net ont fait perdre l’an dernier plus de 400 millions d’euros de taxes au fisc français  ! Tel est le résultat de l’étude publiée de la filiale française du géant américain Philip Morris.
Fiscalité : la contrebande de cigarettes sur Internet induit un manque à gagner de 400 millions d'euros à l'Etat par an
©stock.adobe.com

Nouvelle offensive contre les achats de cigarettes à l’étranger. Mais cette fois, elle vient… des cigarettiers eux-mêmes. Alors que la ministre de la Santé va prochainement présenter son plan anti-tabac pour en réduire la consommation, la filiale française du géant américain Philip Morris vient d’achever fort opportunément une étude sur la vente de cigarettes sur Internet.

Etude dont « le Parisien » -* « Aujourd’hui en France » dévoile ici les grandes lignes, et qui se résume en un chiffre : les achats de tabac sur la Toile se sont tellement envolés qu’ils ont fait perdre l’an dernier plus de 400 M€ de taxes au fisc français  !

Pour faire cette évaluation, Philip Morris France s’est fondé sur une étude consommateurs réalisée dans l’Hexagone selon laquelle, sur 1 000 fumeurs (le pays en compte environ 20 millions), 100 ont déjà acheté des cigarettes par Internet (à l’étranger).

Une transaction pourtant illicite dans un pays où les buralistes ont le monopole de la distribution. Ces achats frauduleux seraient en progression constante, selon Philip Morris, et suivraient la courbe haussière des prix du tabac en France, où le paquet le plus vendu atteint aujourd’hui 7 €. Ce prix élevé, qui vaut à la France une 4e place européenne derrière la Suède (12 € le paquet le plus vendu), la Grande-Bretagne (10 €), et l’Irlande (9,40 €), expliquerait qu’un quart du tabac consommé en France soit désormais acheté par ce biais à l’étranger. Le message aux pouvoirs publics est clair : attention aux effets pervers des prix élevés -* qui ont quand même fait reculer la consommation, par ailleurs…

Une question, un commentaire?

Réagir à cet article Fiscalité : la contrebande de : Publiez un commentaire ou posez votre question...

Sur le même sujet

A lire également