Moody’s n’abaisse pas la note de la France, confirmation d’une note stable à AA1

©stock.adobe.com
C’est avec surprise que Moody’s a confirmé hier soir la note actuelle de la dette française à AA1, comme auparavant. Annoncée à tort en baisse par de nombreux médias, Moody’s confirme néanmoins la perspective négative de la notation française, confirmant ainsi la possibilité d’abaisser la note dans un horizon de 6 mois.

Publié le

Notation confirmée de AA1, sans changement

L’agence de notation financière Moody’s a confirmé vendredi la note de solvabilité financière de la France à "Aa1" et maintenu sa perspective "négative" suggérant qu’elle pourrait l’abaisser ultérieurement, a-t-elle annoncé dans un communiqué.

Moody’s a souligné que la note de crédit de la France restait solide en dépit de pressions budgétaires et fiscales significatives.

"En dépit de pressions négatives sur le crédit, le pays conserve des forces significatives, notamment la taille et la santé de son économie ainsi qu’un fardeau de la dette soutenable en dépit d’une érosion continue et graduelle de sa solidité économique et budgétaire", note le communiqué.

"La confirmation de la note est aussi soutenue par l’engagement renouvelé du gouvernement à accélérer le rythme des réformes structurelles et à introduire une approche plus consistante dans sa politique économique ainsi que de mettre en œuvre un programme d’économies budgétaires", a souligné Moody’s.

Une perspective négative veut toutefois dire que Moody’s pourrait abaisser cette note dans un délai allant jusqu’à 18 mois si la situation venait à s’aggraver.

"La décision de maintenir une perspective négative reflète l’opinion de l’agence que les risques associés à la mise en œuvre du programme de réformes structurelles du gouvernement sont significatifs en raison de la force des résistances politiques qu’elle pourrait susciter et les expériences malheureuses pour appliquer de telles réformes dans le passé", souligne Moody’s à ce propos.

Pour cette raison, l’agence a également maintenu une perspective négative sur les notes "Aa1" de la Société de Financement de l’économie française (SFEF) et la Société de prise de participation de l’Etat (SPPE).

Satisfaction au ministère des Finances

Michel SAPIN, Ministre des Finances et des Comptes Publics prend acte de la décision de Moody’s de maintenir la note de long terme de la France à « Aa1 » avec perspective « négative » et réaffirme la qualité de la signature de l’Etat français.

Michel SAPIN, Ministre des Finances et des Comptes Publics
Michel SAPIN, Ministre des Finances et des Comptes Publics © stock.adobe.com

« Cette décision reflète la cohérence de notre stratégie économique : mise en œuvre du Pacte de responsabilité et de solidarité et de réformes pour retrouver une économie plus compétitive, donc plus de croissance et d’emploi de manière durable, et tenue de l’objectif d’économies que nous nous sommes fixé. ».

Cette politique économique s’inscrit dans un cadre plus large d’action en faveur de la croissance dans la zone euro.

Comme le note Moody’s, la France dispose d’une économie vaste, productive et très diversifiée, d’un taux d’endettement modéré des ménages, d’institutions solides et d’une bonne gestion de la dette publique. Tout en prenant en compte la faible croissance et la dégradation des ratios de déficits publics, l’agence reconnait la pertinence de l’engagement du gouvernement à accélérer le rythme des réformes en faveur de la croissance et à mettre en place son plan d’économies budgétaires. Ceci permettra d’améliorer graduellement mais durablement la situation des finances publiques. La présentation de la loi de finances pour 2015 le 1er octobre prochain puis celle du projet de loi de financement de la sécurité sociale le 8 octobre s’inscriront dans ce contexte.

La dette française est parmi les plus sûres et les plus liquides de la zone euro. Elle dispose d’une base d’investisseurs solide et profonde. Cette confiance des investisseurs se nourrit d’une stratégie économique cohérente, que le gouvernement entend poursuivre avec détermination.

Une question, un commentaire?

Réagir à cet article Moody's n'abaisse : Publiez un commentaire ou posez votre question...

A lire également