Année fiscale blanche 2018 : une aubaine surtout pour les contribuables prévoyants, non mensualisés

Publié le , mis à jour le

Les revenus des traitements et salaires, tout comme les revenus fonciers, perçus en 2018, s’ils sont non exceptionnels, seront non imposables. Un crédit d’impôt du montant équivalent à l’impôt théorique sera attribué par le Fisc, une aubaine fiscale liée à la mise en place du prélèvement à la source au 1er janvier 2019.
Année fiscale blanche 2018 : une aubaine surtout pour les contribuables prévoyants, non mensualisés
©stock.adobe.com

Cette aubaine fiscale ne réjouit pas visiblement les Français. Surprenant. La plupart pense que cela ne change rien... Évidemment à tort, mais ils ne constatent pas la différence car la majorité d’entre eux sont mensualisés. Effectivement, dans ce cas, l’aubaine n’apparaît pas être évidente. Elle est beaucoup plus claire pour les épargnants se "mensualisant" eux-même. Ces derniers épargnant tous les mois le 12e de leur impôt à payer de l’année en cours. Une astuce qui rapportait suffisamment pour être mise en place, lorsque les taux d’intérêts étaient bien plus élevés qu’à ce jour. Mais une fois cette habitude prise, ces épargnants n’ont pas changé leur façon de faire... Ils sont aujourd’hui récompensés, puisque en 2018, leur épargne ne sera pas reversé au Fisc. L’aubaine pour eux est alors évidente.

Exemple : Mr Henri, épargnant prévoyant, règle au Fisc, peu ou proue, chaque année 3500€ d’impôt sur le revenu. Il n’ pas souhaité utilisé la mensualisation proposée par les services de Bercy, mais a mis en place un virement permanent de son compte courant vers son livret A de 300€ par mois, afin de régler sa note fiscale par tiers provisionnel. Il s’est en fait mensualisé "lui-même". L’idée étant alors, quelques années de cela, de permettre à ce pécule provisionné, de 3.600€ de générer des intérêts, évitant ainsi de donner de la trésorerie par avance au Fisc. Il s’attribuait ainsi, en quelque sorte, une petite remise sur son impôt à payer. Aujourd’hui, avec le taux dérisoire du livret A, nous sommes d’accord, ce procédé ne sert plus à rien... Toujours est-il que ces épargnants, qui n’ont pas changé leur façon d’épargner, vont se retrouver donc, en année pleine, avec 3.600€ sur leur livret A, qu’ils n’auront pas à verser au fisc. Pour eux, l’aubaine apparaît clairement.

Heureux les épargnants prévoyants et non mensualisés...

Pour les contribuables non mensualisés, et ayant donc pour habitude d’anticiper et donc d’épargner le montant de leur impôt sur le revenu, via une épargne régulière, l’année 2018 sera pour eux un pur plaisir. Leurs liquidités ainsi épargnées vont gonfler leur bas de laine du montant de leur impôt sur le revenu. L’aubaine est dans ce cas facile à constater.

Pour les contribuables mensualisés, cela ne change pas grand chose ?

Pour les contribuables n’anticipant pas le paiement de leur impôt, l’année banche fiscale ne va pas changer grand chose, puisque, sans anticipation de leur part, ils paient leur impôt sur le revenu 2017 avec leurs revenus de 2018. Au niveau trésorerie, ils sont d’ores et déjà décalés d’une année, mais dans l’autre sens. La mise en place du prélèvement à la source ne fera que corriger leur année de décalage en prélevant les impôts de 2019 sur leurs revenus de 2019.

Une question, un commentaire?

Réagir à cet article Année fiscale blanche 2018 : : Publiez un commentaire ou posez votre question...

Sur le même sujet

A lire également