Immobilier locatif : les loyers en récession depuis 2013, une hausse moindre que l’inflation

Publié le

L’observatoire des loyers Clameur a publié ce jour son étude sur le marché locatif dans le privé. Les loyers sont en récession, avec une hausse moyenne dans les grandes villes inférieure à celle de l’inflation.
Immobilier locatif : les loyers en récession depuis 2013, une hausse moindre que l'inflation
©stock.adobe.com

Dans son dernier tableau de bord publié ce jour, CLAMEUR, propose une analyse détaillée des évolutions intervenues depuis 1998 sur les marchés locatifs privés de 1 295 villes, regroupements de communes et pays de plus de 10 000 habitants.

2013 : Les loyers augmentent moins vite que l’inflation

Durant les mois d’été, le marché locatif privé a enregistré les déséquilibres saisonniers habituels. La pression de la demande s’est renforcée, notamment sur les territoires où l’insuffisance de l’offre locative privée est la plus marquée. Les tensions ont alors perduré jusqu’au début du mois de
novembre. Puis l’activité du marché s’est ralentie.

Pourtant, même si le rythme de hausse des loyers s’est accéléré durant l’été, comme chaque année à la même époque, la progression est restée très modérée : les loyers de marché ont cru de 0.6 % en 2013, alors que dans le même temps la progression des prix à la consommation s’est établie à
0.9 %, d’après l’INSEE. En 2012, les loyers de marché avaient augmenté de 2.2 %, pour des prix à la consommation alors en hausse de 2.0 %.

Depuis l’été 2011 en effet, le marché locatif privé est affecté, comme l’ensemble de l’économie immobilière, par le ralentissement économique qui s’est amorcé avec le déclenchement de la crise des dettes souveraines. Il doit ainsi composer avec une demande particulièrement déprimée par la
montée du chômage et les incertitudes sur le pouvoir d’achat. Et il est déstabilisé par des annonces et des décisions publiques qui bouleversent les projets des investisseurs et des propriétaires bailleurs et
finissent par renforcer le déséquilibre des marchés.

Les loyers en 2013 dans les villes de plus de 146 000 habitants d’après CLAMEUR /février 2014/

Aussi, depuis 2006 les loyers de marché augmentent moins vite que l’inflation. D’ailleurs en 2013, dans 33.3 % des villes de plus de 100 000 habitants que CLAMEUR observe depuis 2000, ils ont baissé. Et dans 23.1 % encore, les loyers ont progressé moins vite que l’inflation.

Hausse des loyers inférieure à celle de l’inflation

Et si on se limite aux 20 premières villes par le nombre des habitants, le constat est encore plus préoccupant : dans 60.0 % d’entre elles, les loyers ont baissé ou ont progressé moins vite que l’inflation en 2013. Les loyers de marché ont baissé à Angers, Le Havre, Lille, Le Mans, Marseille et
Rennes. En outre, dans des villes comme Bordeaux, Montpellier, Nantes, Strasbourg, Toulon et Toulouse, la hausse des loyers est restée inférieure à l’inflation.

La récession du marché locatif privé

L’activité du marché locatif privé ne se répartit pas de manière uniforme sur tous les mois de l’année. Ainsi chaque année, avec l’arrivée du printemps, le marché se réactive un peu, mais pour généralement retrouver le calme au mois de mai, la succession des ponts n’étant guère propice à un excès d’activité. Et ce n’est qu’à partir du mois de juin que chaque année l’activité se redresse : nettement puisque que durant quatre mois, de juin à septembre (et même durant le mois d’août), le
nombre de locations réalisées s’établit en moyenne mensuelle à un niveau deux fois plus élevé que sur les cinq premiers mois de l’année. La préparation de la rentrée universitaire, bien sûr : mais pas
seulement puisque ce profil saisonnier s’observe à peu près partout, même dans des villes sans pôle universitaire ou de formation.

Une question, un commentaire?

Réagir à cet article Immobilier locatif : les (...) : Publiez un commentaire ou posez votre question...

A lire également