Immobilier : ces parisiens qui n’achètent pas à Paris !

Publié le

D’après une étude de Meilleurtaux.com, seul un parisien sur deux achète dans la capitale, le reste préférant acheter autre part en Île-de-France ou en province.
Immobilier : ces parisiens qui n'achètent pas à Paris !
©stock.adobe.com

Immobilier : le pouvoir d’achat augmente

Avec des taux de crédits qui battent chaque mois de nouveaux records, et des prix immobiliers qui commencent à baisser même dans la capitale, le pouvoir d’achat immobilier est en hausse.

« A Paris, contrairement aux idées reçues, le pouvoir d’achat augmente depuis 2 ans. On constate que c’est paradoxalement dans les périodes plus difficiles telles que celles que l’on connait actuellement ou en 2008-2009 que le pouvoir d’achat croît et qu’il peut y avoir de bonnes opportunités d’achat » explique le président de meilleurtaux.com, Hervé Hatt.

Immobilier : 1 parisien sur 2 n’achète pas à Paris

Une situation qui se traduit par une hausse de la demande de crédit immobilier de +22 % à Paris, contre +3 % dans le reste de la France, selon Meilleurtaux.com.

Cependant, le spécialiste du crédit immobilier, note un fait surprenant, seul 1 parisien sur 2 (51 %) achète sur Paris. Le reste préférant se tourner vers d’autres endroits en Île-de-France (36 %) ou en province (13 %).

Le profil type de l’acheteur parisien
  • Revenus mensuels : 7.125 €.
  • Apport : 148.860 €.
  • Taux d’apport : 27 %.
  • Montant de la transaction : 400.150 €.
  • Montant emprunté : 234.130 €.
  • Durée des prêts : 19,5 ans.

Immobilier : des perspectives floues

Par ailleurs, si la demande de crédit est en hausse, les parisiens se concentrent principalement sur l’achat de résidence principale. Les acquisitions de résidences secondaires et les investissements locatifs ont ainsi fortement diminué.

« En ce qui concerne le 2nd semestre, des incertitudes demeurent : qu’attendre du retour à 22 ans de détention pour l’exonération au lieu de 30 ans : une hausse temporaire des biens à vendre ? Une reprise des achats hors résidence principale ? Une baisse significative des prix à Paris est-elle encore possible ? L’enjeu est d’autant plus important que les taux de crédit immobilier pourraient prochainement remonter dans le sillage de la hausse récente des taux d’emprunt d’Etat aux Etats-Unis et en Europe » résume Hervé Hatt.

Une question, un commentaire?

Réagir à cet article Immobilier : ces parisiens : Publiez un commentaire ou posez votre question...

A lire également