Bourse : Paris chute lourdement (-2,83%) et termine au plus bas de l’année

©stock.adobe.com
Les incertitudes politiques liées au premier tour de l’élection présidentielle auront pesé lourd sur la place parisienne, mais les effets les plus négatifs viennent une nouvelle fois de Wall Street...

Publié le

Notifications FranceTransactions.com
Pour ne rien rater de l'actualité des placements épargne, inscrivez-vous à nos notifications.

La Bourse de Paris au plus bas de l’année, sous les 3.100 points :

La bourse de Paris a terminé lundi au plus bas de l’année, cédant 2,83%, au lendemain du premier tour de l’élection présidentielle française, dans un marché surtout pénalisé par le recul de Wall Street et les incertitudes politiques et économiques en Europe.

A la clôture, l’indice CAC 40 a perdu 90,21 points pour s’inscrire sous la barre des 3.100 points, à 3.098,37 points, dans un volume d’échanges de 3,73 milliards d’euros.

La Bourse de Paris avait ouvert sur un recul de 0,96%. Le repli s’est progressivement accentué au fil de la séance, alors qu’une série de mauvaises nouvelles sesont accumulées avec la crise politique aux Pays-Bas, des indicateurs macro-économiques en France et en zone euro laissant présager une aggravation de la situation économique et dans un contexte d’incertitude politique en France.

Le repli du marché américain, où les deux principauxindices sont en recul de plus de 1%, a accentué le mouvement de baisse en fin de séance parisienne.

Le marché s’interroge certes sur la France et la politique que mènera le candidat socialiste François Hollande s’il est élu mais il a été surtout affecté par la crise politique aux Pays-Bas qui crée un nouveau foyer de tension en zone euro et par les mauvais indicateurs en zone euro, indique-t-on dans les salles de marché.

Le courtier CapitalEconomics note dans ses commentaires que "les risques politiques en France et aux Pays Bas font partie des mauvaises nouvelles qui ont affecté le marché action, les investisseurs s’interrogeant sur la montée de l’extrême-droite en France qui augmente l’incertitude politique".

L’activité du secteur privé en France a connu en avril une accélération de sa contraction, affichant son plus fort repli depuis6 mois. En zone euro, l’indicateur sur l’activité du secteur privé était également en berne, laissant présager que les pays de l’Union monétaire pourraient traverser une récession plus longue que prévu.

Danone et Gemalto sont les deux seules valeurs à tirer leur épingle du jeu parmi le SBF 120. Danone a terminé en hausse de 1,34% à 53,13 euros, alors que le marché salue l’intérêt du Français pour le groupe japonais Yakult Honsha et surtout le fait qu’il ne renchérira pas sur l’activité nutrition infantile de Pfizer.

Gemalto s’est offert une hausse de 0,40%à 52,09 euros, soutenu par le contrat remporté au Mexique comme fournisseur du service de paiement mobile qui va être développé par l’opérateur America Movil et les banques Banamex et Banco Inbursa.

Toutes les autres valeurs étaient dans le rouge. Renault, qui vient de signer un protocole d’accord avec le groupe chinois Dongfeng pour produire sur place, perdait 5,06% à 33,70 euros.

Malgré ses bons résultats trimestriels, GDF-Suez cédait 2,18% à 18,18 euros.

Parmi les fortes baisses on note Air France (-6,62% à 3,28 euros), Natixis (-8,18% à 2,12 euros).

Une question, un commentaire?

Réagir à cet article Bourse : Paris chute lourdemen : Publiez un commentaire ou posez votre question...

A lire également