Bourse : Vent de panique sur les valeurs bancaires, le CAC40 dévisse de près de 3%

©stock.adobe.com
Le CAC 40 a cédé 2,82% à 3.414,84 points dans un volume d’échanges de 3,142 milliards d’euros. Les actions des banques centrales provoquent le doute parmi les investisseurs.

Publié le , mis à jour le

Notifications FranceTransactions.com
Pour ne rien rater de l'actualité des placements épargne, inscrivez-vous à nos notifications.

La Bourse de Paris cède près de 3%, séance noire pour les bancaires :

La bourse de Paris a vécu une séance difficile, plombée par les secteurs financier et cyclique, les investisseurs s’interrogeant sur l’efficacité des mesures prises par les banques centrales et sur la situation de l’Espagne sous pression pour solliciter une aide internationale.

La tendance a été plombée dès l’ouverture par les propos d’un dirigeant de la banque centrale des Etats-Unis (Fed) qui a remis, mardi soir, en cause l’efficacité du nouveau programme d’assouplissementmonétaire annoncé par l’institut mi-septembre pour relancer l’emploi.

Les tensions en Espagne ont aussi pesé tout particulièrement sur les échanges

Le pays, qui reste ancré dans la récession, est de nouveau sous la pression des marchés. Ses taux d’emprunt à échéance 10 ans sont repassés au-dessus des 6% sur le marché obligataire secondaire, où s’échangent les titres de dette déjà émis.

Et les conditions draconiennes imposées par Bruxelles, l’addition de 150 milliards d’euros d’économies prévues entre 2012 et 2014 pour réduire le déficit public à moins de 3% alors que le pays ploie sous un chômage de 24,63%, font monter le mécontentement social.

La Catalogne a convoqué des élections régionales anticipées et des affrontements ont éclaté mardi soir à Madrid entre policiers et manifestants du mouvement des Indignés qui s’étaient rassemblés par milliers aux abords du Congrès des députés.

Valeurs du secteur bancaire : aux abris !

Les secteurs bancaire et cyclique, les plus sensibles à la conjoncture, ont été les premières victimes de ce regain de tensions. Crédit Agricole a signé le plus fort recul du CAC 40 (-7,45% à 5,29 euros), suivi par Société Générale (-6,39% à 22,43 euros) et BNP Paribas (-5,50% à 37,33 euros). Les valeurs industrielles ont aussi très chahutées, Renault cédant 4,71% à 37,26 euros et ArcelorMittal 4,38% à 11,56 euros.

Une question, un commentaire?

Réagir à cet article Bourse : Vent de panique (...) : Publiez un commentaire ou posez votre question...

A lire également