Immobilier : le pouvoir d’achat des Français toujours en baisse dans les grandes villes

Publié le

Le pouvoir d’achat des Français est toujours en baisse dans les plus grandes villes. Il est par contre en hausse dans les zones les moins peuplées. Détails

Le marché de l’immobilier est en plein marasme. Si les prix baissent sérieusement dans les zones les moins demandées, ils résistent encore trop largement dans les grandes villes.

Immobilier : le pouvoir d’achat augmente, sauf évidemment dans les grandes villes

Le pouvoir d’achat des ménages en matière d’immobilier a globalement augmenté en France, à la faveur des baisses de prix, au troisième trimestre 2012, malgré une tendance inverse dans plusieurs grandes villes comme Paris, Lyon et Marseille, indique une étude publiée mercredi.

Ce baromètre, réalisé parle Crédit Foncier et l’Université Paris Dauphine, concerne 26 villes avec, outre Paris, 19 communes d’Ile-de-France et 6 en province. Il porte sur la capacité des foyers à acheter un bien immobilier correspondant à leurs besoins, en fonction notamment de la taille du ménage.

Crédit immobilier : le taux des OAT en baisse !

Si, dans 15 des 19 villes de la région parisienne, le pouvoir d’achat immobilier s’améliore, il recule à Paris : ils n’étaient plus que 43% des ménages à pouvoir réaliser un achat correspondant à leurs besoins contre 43,3% au deuxième trimestre 2012.

"Cette érosion touche toutes les catégories socio-professionnelles, à l’exception de celle des artisans, commerçants et professions libérales, demeurée stable", font valoir les auteurs de l’étude dans un communiqué.

Des progressions sont par exemple constatées à Neuilly-sur-Seine (+11%), à la faveur d’un léger mouvement de correction des prix. Malgré cela, seulement un tiers des ménages de cette ville (33,9%) est en capacité d’y acquérir un bien, alors qu’ils sont près de 3 sur 4 (73,5%) à Evry par exemple.

Le pouvoir d’achat immobilier en baisse dans les grandes villes

En province, les situations sont également disparates. En repli à Marseille (-8,07%), à Lyon (-0,97%) et à Lille (-2,49%), le pouvoir d’achat immobilier est resté stable à Bordeaux et il a progressé à Nantes (+2,18%) et à Toulouse (+0,90%).

Ce baromètre repose sur quatre facteurs, à savoir le taux de chômage, le revenu des ménages, le taux d’intérêt de crédit et le prix de l’immobilier.

Une question, un commentaire?

Réagir à cet article Immobilier : le pouvoir (...) : Publiez un commentaire ou posez votre question...