Assurance-vie : Les rendements 2009 des fonds en euros attendus en baisse !

©stock.adobe.com
Assurance-vie 2009 : Les taux de rendements devraient être en baisse sensible sur 2009. Pas de chute spectaculaire, mais la majorité des assureurs pourraient avoir quelques difficultés à servir des taux supérieurs à 4%...

Publié le , mis à jour le

Assurance-vie : Rendements en baisse, réalité de marché !

Il faut bien dire que le marché des placements manque d’éclat et les perspectives de placements épargne à plus de 4% d’intérêt s’amoindrissent. Le livret A, la référence de l’épargne, désormais dépassée, sert un taux de rendement dérisoire (l’application à ce jour de la formule de calcul officielle du taux du livret A donne même actuellement un taux théorique de 0,25 % !) à 1,25% et les taux de rendements des assurances vie devraient également s’orienter vers le bas.

Certes, le secteur de l’assurance vie est de plus en plus concurrentiel (de nouveaux contrats toujours plus attractifs sont créés chaque année), engendrant ainsi des coûts de commercialisation plus élevés, mais ne nous trompons pas, c’est bien la réalité des marchés financiers qui fera que les rendements seront en baisse sur 2009.

La baisse pourrait aller de 0,15% à plus de 0,50%, selon les fonds. Les fonds les plus performants jusqu’alors, devraient par contre afficher encore des rendements attractifs.

Assurance-vie : Préserver le rendement, c’est aussi parfois refuser les versements des épargnants !

Pour un assureur, être classé dans les meilleurs rendements des fonds en euros, c’est s’assurer d’une visibilité qui vaut toutes les campagnes publicitaires ! Ainsi, le support est assuré de faire la une de tous les mini comparatifs des médias, presse financière en tête. C’est aussi avoir une bonne chance de récolter une moisson de médailles, trophées et autres lauriers, toujours un plus marketing pour commercialiser de nouveaux contrats, même si les épargnants ne sont plus dupes sur ce type de récompenses dont les attributions déclenchent parfois la polémique.

Mais pour servir des taux élevés, encore faut-il que le gestionnaire ait une certaine facilité pour placer les fonds collectés sur des supports performants, au bon moment. Or, en 2009, les fonds en euros ont dû faire face à une importante collecte. Bien souvent, connaître un tel succès est handicapant pour le futur.

En 2009, les meilleurs fonds en euros seront sans doute, ceux dont la presse financière aura le moins parlé. Car, plus un fonds en euros est conséquent, et plus il devient difficile à gérer, les lignes d’investissement sont alors importantes, et donc moins facilement adaptables à de nouvelles conditions de marché.

  • Refuser des nouveaux versements pour préserver son rendement

Ainsi, certains épargnants en ont fait l’expérience. Ils ont été surpris de se voir refuser une souscription sur le fonds d’un contrat en euros, tout simplement car l’assureur souhaite préserver ses rendements actuels. Avec la rentrée de nouveaux capitaux à placer, sur des lignes obligataires moins rémunératrices, le rendement global du fonds serait moindre.

Un autre argument, plus commercial celui-ci, est que l’établissement en charge de la distribution du contrat gagne davantage sur un placement en unité de compte que sur le fonds en euros, et aura donc tendance à tenter de "pousser" les épargnants friands de contrat en euros vers des unités de compte.

Assurance-vie : Les taux promotionnels sont-t-ils de bonnes affaires ?

A lire les offres de taux minimum garantis sur 2010, certains pourraient penser que ce que l’on gagne un jour, on peut le perdre l’année suivante. Ainsi, il n’est pas rare de lire dans les médias spécialisés que l’afflux de taux promotionnels contribuent au final à la baisse des rendements de ces mêmes fonds, comme si l’effort consenti une année pouvait être repris sur une autre.

La confusion s’installe effectivement parfois dans les esprits. En effet, bien souvent les offres promotionnelles proposés ne le sont que via des performances équivalentes du capital placé. Les mentions des offres font alors état de taux équivalent net et non de taux minimal garanti majoré. Versées en une seule fois, ces "primes" permettent ainsi de fournir un rendement équivalent au taux minimum affiché. Il ne s’agit, alors dans ces cas-là, pas d’un taux minimal garanti majoré, dont la fixation est réglementée par le code des assurances. La limite haute du taux minimum garanti majoré est fixée par la loi à 85% de la moyenne des rendements deux dernières années.

Taux minimal garanti majoré
Les assureurs ont la liberté de pratiquer un "taux minimal garanti majoré". Ce dernier ne peut pas dépasser 85% du rendement des actifs des deux dernières années (article A 132-3 du code des assurances).

Concrètement, pour les offres proposant un taux équivalent net, il s’agit bien d’un budget marketing qui est dépensé pour fournir ce rendement, et non un surcroît de rendement demandé au gestionnaire du fonds. Les réserves du fonds en euros ne sont aucunement affectés par un taux promotionnel garanti. Ainsi, ce n’est pas parce que vous bénéficierez d’un taux promo sur une année que l’année suivante sera calamiteuse. Il s’agit bien dans ce cas, du même principe d’une prime offerte lors de l’ouverture d’un compte bancaire : que la banque investisse dans un spot publicitaire à 300 000 €, ou offre une prime de 30 € aux premières 10 000 ouvertures, finalement, c’est bien le même budget qui est consommé, cela ne fera pas augmenter pour autant les frais bancaires... Quoique.

Alors pour répondre à la question, les taux promos sont-ils de bonnes affaires ? A priori, oui, mais attention aux conditions de souscription. Fuir l’inconnu est la première des règles de l’investir averti, alors partir pour un taux de rendement connu sur l’année à venir semble effectivement sain.

Investir pour un taux inconnu, en regardant l’historique des rendements d’un fonds en euros, tout en gardant à l’esprit que toute performance passée ne préjuge en rien des performances à venir, paraît par contre plus incertain, et c’est bien tout le paradoxe des placements sur les contrats d’assurance-vie.

Assurance-vie : Les rendements des fonds en euros, modulés par les assureurs

Il est vrai que les assureurs ont quelques latitudes concernant le rendement servi du fonds en euros. Et c’est ici que tout devient plus nébuleux... D’où la confusion avec les "taux" promotionnels. Les établissements disposent en effet d’une marge de manœuvre pour favoriser (ou défavoriser) des produits et lisser les performances.

Sur une grande partie des fonds en euros (mais pas tous !), l’assureur a aussi la possibilité de puiser une partie de ses bénéfices sur un compte appelé PPE « provision pour participation aux excédents » . Les années où la performance est plus faible qu’attendue, le gérant ouvre les vannes pour offrir un rendement plus correct. Ces réserves ont déjà été utilisées dans les années précédentes, mais il en reste, et les récentes hausses de la bourse ont permis de combler une partie de la "cagnotte". De plus, les années à venir devraient s’annoncer moins négatives, et la quote part des fonds investis sur les marchés à risques devraient largement contribuer au renflouement de ces réserves.

Assurance-vie : Quand l’Europe vient abaisser le rendement... Pour des critères de Solvabilité 2 !

L’arrivée de "Solvabilité 2", réforme réglementaire Européenne qui à pour objectif de mieux adapter les fonds propres exigés des compagnies d’assurances avec les risques que celles-ci encourent dans leur activité, risque de bouleverser le secteur.

Selon Marcin Fedor, (Doctorant à l’université Paris Dauphine, centre de recherche en économie de l’assurance) "au niveau microéconomique, les portefeuilles d’investissement des assureurs seraient moins diversifiés ; ce qui, du point de vue de la théorie moderne de finance (CAPM), est désavantageux : moins de diversification signifie une gestion non optimale des risques et du rendement. De plus, le fait d’arbitrer ses portefeuilles d’investissements vers les instruments de dette baisserait le rendement des assureurs, surtout avec le niveau actuel des taux d’intérêt."

Assurance-vie : Publication des rendements des fonds en euros

Toujours est-il qu’habituellement à cette période, plusieurs rendements de fonds en euros sont déjà publiés, mais pour l’heure, rien ne filtre, alors les nouvelles seraient-elles si mauvaises que cela ? Les premiers rendements ne devraient plus tarder.

Une question, un commentaire?

Réagir à cet article Assurance-vie : Les rendements : Publiez un commentaire ou posez votre question...

A lire également